L'histoire du plus grand empoisonnement de masse de l'histoire n'en finit plus de finir. Au Bangladesh, où l'arsenic dans l'eau de millions de puits creusés à la hâte dans les années 1970-1980 a irrémédiablement nui à la santé de dizaines de millions de personnes avant que le problème ne soit identifié... des dizaines de millions de personnes continuent de boire de l'eau contenant de l'arsenic!

On avait d'abord cru que l'arsenic provenait de sédiments rocheux situés à une plus grande profondeur que les puits eux-mêmes, de sorte que, logiquement, la fermeture des puits aurait dû éliminer le problème.

Mais c'est seulement en décembre 2005 qu'une nouvelle étude, réalisée par une équipe américaine de l'Université Stanford, a conclu que l'arsenic provenait en fait de sédiments situés plus près de la surface, ce qui expliquerait que les niveaux d'arsenic soient encore à un niveau supérieur à ce qui est considéré sécuritaire.

On ne compte pas les problèmes de santé que peut causer cette présence d'arsenic dans l'organisme d'adultes et d'enfants, et on en a sans doute pour des décennies à mesurer les conséquences qu'aura sur les Bangladeshis l'une des erreurs sanitaires les plus graves de l'histoire.