SÃO PAULO — Le Brésil se targue de ne pas avoir de volcans actifs, ni d’être sur la trajectoire des ouragans et d’avoir rarement des tremblements de terre. Il y a toutefois un phénomène qui le touche avec une fréquence dévastatrice : la foudre. Le Brésil est le pays qui est le plus frappé par les éclairs au monde. Par an, 50 millions l’atteignent, soit environ 7 par km2, soit sept fois plus qu’au Canada.

Ce phénomène trouve son explication dans l'étendue de son territoire, les conditions climatiques et l’absence de grandes élévations. « Le Brésil est le plus vaste pays tropical de la planète et la chaleur est l’énergie principale pour la formation de tempêtes », explique Osmar Pinto, coordonnateur du Groupe électricité atmosphérique (ELAT) de l’Institut brésilien de recherche spatiale. Cette équipe de recherche étudie les causes et les effets des éclairs, utilisant différents instruments tels un réseau de capteurs de localisation d’éclairs et des caméras, captant des images, à haute vitesse.

Cette abondance de décharges électriques a bien sûr ses conséquences. La foudre tue chaque année plus de 80 personnes et coûte 500 millions de dollars en dommages à la nation brésilienne. Étudier les éclairs permet alors « de développer de nouveaux systèmes de surveillance et d’alerte pour minimiser les dégâts lors d’orages », commente M. Pinto. Si les régions chaudes ont plus de tempêtes que les tempérées — comme au Canada —, tout porte cependant à croire, selon M. Pinto, que la hausse des températures — contribuant à une plus grande évaporation de l’eau, matière première de la formation de nuages dont les cumulo-nimbus, véritables fabriques à tempêtes — augmenterait du même coup le nombre d’éclairs.

Les premiers résultats d’une étude de l’Université de Princeton corroborent d’ailleurs des évidences déjà observées par l’ELAT. Dans les centres urbains, on note une tendance à un bond des attaques de foudre en comparaison aux zones rurales. Le vilain, suspecte M. Pinto, est l’effet connu sous le nom d’île de chaleur causé par les édifices, l’asphalte, mais aussi la pollution.

« L’action humaine serait, par exemple, responsable de la hausse de 15% des éclairs à São Paulo », fait remarquer le chercheur qui s’apprête à publier un travail sur l’influence du climat et des éclairs. Autre constat: lors des journées moins polluées, notamment les fins de semaine, le tonnerre et les éclairs diminuent dans la mégalopole. Cela laisse présumer, conclut-il, que ce phénomène augmentera possiblement avec le réchauffement climatique. Le Brésil n’a donc pas fini de se faire bombarder!