Imaginez des citadins porteurs d’une montre « verte » mesurant la qualité atmosphérique et sonore de leur ville et dont les données seraient accessibles à tous depuis une base de données… Voilà un projet que s’apprêtent à expérimenter les Parisiens!

Le projet « Montre verte » a pour objectif de multiplier par 1000 le nombre de capteurs de la qualité de l’air – il en a actuellement 10 — à Paris et dans sa région. Inspirée d’expériences menées à Londres, New York et San Francisco, la montre verte sera dotée d’une puce GPS et de capteurs d’ozone et de bruit, afin de mesurer le niveau de pollution atmosphérique et sonore.

Le captage des données se fera en temps réel via le téléphone mobile de l’utilisateur ou en fin de journée, par synchronisation (comme pour un iPod). Les données seront transmises vers une base de données appelée « Citypulse ». Celle-ci sera accessible à tous depuis un ordinateur personnel grâce à une interface interactive.

Compilant d’autres données scientifiques, Citypulse pourra également être exploitée par des chercheurs, des acteurs publics (villes, organismes de santé publique), des artistes, des entreprises ou des militants, sous réserve de respecter une charte éthique. Elle permettra d’imaginer des services nouveaux tels que la projection de données sur des cartes, le repérage de zones à fort taux de pollution atmosphérique, des alertes à la population ou encore la création d’itinéraires « silencieux ».

Ce projet est issu d’une collaboration entre la Fondation Internet Nouvelle Génération, dans le cadre du programme Ville 2.0, l’entreprise Xilabs, productrice de jeux urbains numériques et le laboratoire universitaire CITU. Les prototypes de montres vertes seront dévoilés et expérimentés lors de l’événement « Futur en Seine » qui aura lieu du 29 mai au 10 juin prochain. Ce sera l’occasion de prendre le pouls des écocitoyens et aussi de séduire d’autres villes!

Ce projet en région Île-de-France devrait en effet être suivi de nouvelles expérimentations dans d’autres villes françaises et d’Europe, comme Amsterdam. La capitale des Pays-Bas développe déjà un projet similaire, qui utiliserait non pas une montre, mais une écharpe!