Alors que tous les animaux s’enfuient le plus vite possible lorsqu’éclate un incendie, la primatologue Jill Pruetz a eu la surprise de constater que les chimpanzés qu’elle étudiait, eux, gardaient leur calme.

Ce jour de 2006, dans la savane du Sénégal, elle avait choisi de rester avec eux, plutôt que de s’enfuir seule. C’est ainsi qu’ils se sont tranquillement déplacés — avec elle derrière plutôt que devant — pour se tenir à distance respectable du feu. Comme elle l’écrit dans l’American Journal of Physical Anthropology, les chimpanzés semblent avoir compris que les mouvements du feu peuvent être prédits — comme ceux d’un animal? — et qu’il ne sert à rien de s’enfuir dès le premier signe de danger. Peut-être est-ce ainsi que nos propres ancêtres ont tout doucement appris, eux aussi...