On l’a souvent dit et on va sans doute le répéter souvent : science et politique ne se parlent pas beaucoup. À l’émission cette semaine, une illustration, et une opportunité.

L’illustration : le budget fédéral et ses investissements en science.

L’opportunité : le lancement cette semaine de l’initiative Je vote pour la science, par laquelle neuf questions de nature scientifique seront envoyées aux partis politiques fédéraux. Les réponses seront rendues publiques tout au long de la campagne électorale qui vient de commencer (plus de détails à venir cette semaine, mais en attendant, l’appel à tous, qui avait été lancé en février pour suggérer des questions, est ici).

Certains des investissements annoncés dans le budget auraient fait des heureux dans le monde scientifique, n’eut été du déclenchement des élections : 50 millions$ à l’Institut Périmètre de physique, 100 millions$ pour créer une fondation sur la neurologie... Rob Annan, rédacteur scientifique et auteur d’un blogue sur les liens entre science et politique, voit par contre dans ces investissements une illustration de cette tendance à vouloir contourner les experts scientifiques pour choisir soi-même les orientations de la recherche.

Robert Johnson, de la Fédération canadienne des professeurs d’université, rappelle qu’il s’agit d’une tendance à long terme, qui n’est pas propre à un seul gouvernement.

Laurent Viau, président du Conseil national des cycles supérieurs à la Fédération étudiante universitaire du Québec, pointe pour sa part les sciences humaines comme « parent pauvre » dans ce budget... et dans les autres.

En musique : The Big Beginning, par le groupe Symphony of Science

+++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le mardi à 11h à Radio Centre-Ville (102,3 FM Montréal). Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions de cette saison. Pour les archives des deux saisons précédentes, rendez-vous ici. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et nous télécharger sur iTunes.