La Lune rétrécit, et c’est notre faute. Enfin presque.

La faute à notre planète, plus précisément. La force qu’elle exerce sur son satellite entraînerait la formation de failles et de crêtes qui ne seraient pas là si la Lune se promenait toute seule dans l’espace. Les géologues qui font ces observations à partir de l’analyse des photos de la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter, soulignent l’existence de centaines de « fractures » dont la majorité, affirment-ils, n’était pas sur les photos d’avant 2010.