—Une autre étude en psychologie qui semble trop belle pour être vraie. Mais celle-là fait mal : il y a 18 ans que cette expérience sur l’autodiscipline est citée comme un modèle.

Faites entrer des volontaires dans une salle où vous venez tout juste de faire cuire des biscuits aux brisures de chocolat — l’arôme est encore dans la pièce. Faites-leur résoudre un casse-tête — dont ils ignorent qu’il est impossible à résoudre. Certains ont le droit de se servir dans l’assiette de biscuits, d’autres dans une assiette de radis. Les gens du groupe « biscuits » vont persévérer pendant 19 minutes tandis que ceux du groupe « radis » ne vont tenir le coup que 8 minutes. Explication : chez ces derniers, la « réserve » d’autodiscipline a déjà été entamée par le fait de ne pas pouvoir toucher aux biscuits, et il ne leur en restait pas beaucoup pour s’attaquer au casse-tête.

Vrai ? L’expérience a été citée 3000 fois depuis 18 ans. De nombreuses variations de l’expérience ont été imaginées pour mettre le concept à l’épreuve. C’est pratiquement devenu un champ à part de la « pop-psychologie » : améliorez votre autodiscipline. Mais l’idée est à présent remise en doute : dans la prochaine édition de la revue Perspectives in Psychological Science, un groupe de chercheurs décrit un effort massif —2000 volontaires dans une vingtaine de pays — pour reproduire l’expérience initiale. En vain. Leur recherche, si elle tient la route, va grossir le dossier de la crise de la reproductibilité en psychologie.