Les cougars sont partout ! De la « mère de Stifler » dans le film American Pie aux sites de rencontres spécialisés comme CougarLife, ces femmes d’âge mûr qui entretiennent des relations avec des hommes plus jeunes remuent l’espace médiatique depuis quelques années. Mais comment distinguer le mythe de la réalité ?

En vérité, ces femmes sont loin d’être des chasseuses séductrices à la recherche de chair fraîche et d’aventures sans lendemain. Au contraire des idées reçues, elles sont souvent engagées dans des relations durables. La science remet donc les pendules à l’heure. Dans ses travaux de recherche, Milaine Alarie, candidate au doctorat en sociologie à l’Université McGill, s'attarde à la perception qu’elles ont de leur relation avec un plus jeune.

Les avantages d’un plus jeune

Âgées de 30 à 60 ans, les participantes interrogées choisissent ce type de relation pour ses avantages (on qualifie cette relation « d’hypogamique selon l’âge » du préfixe hypo qui veut dire « en dessous », et de gamique pour « union » ou « mariage »). Le choix d’un partenaire plus jeune leur permet de se réapproprier leur sexualité, de s’affirmer comme sujet de désir et de prendre le contrôle sur leur plaisir. Rachel, l’une des participantes, en témoigne : « Les hommes plus jeunes veulent satisfaire mon besoin avant le leur. Ils sont heureux que j’aie un orgasme, du plaisir. Après, ils vont chercher le leur. Les plus vieux vont penser à leur plaisir avant le mien. »

Plusieurs femmes perçoivent les hommes plus âgés comme étant moins énergiques et comme étant devenu plus pantouflards avec l’âge, ce qui rebute ces dernières qui se considèrent elles-mêmes très actives. Elles se reconnaissent davantage chez les jeunes hommes qu’elles perçoivent comme ayant le goût de l’aventure. Au cours de ses cinq années de recherches doctorales, Milaine Alarie note également que plusieurs participantes plus avancées en âge déplorent l’attitude négative des hommes de leur génération qui leur semblent aigris et affectés par leurs précédentes relations.

Tentant pour les hommes

Selon la chercheuse, « les femmes rapportent que sur les sites de rencontres et les réseaux sociaux, il y a une grande demande de la part des hommes pour des femmes matures. Une femme peut n’avoir aucune réponse dans sa tranche d’âge, alors qu’elle reçoit de nombreuses requêtes des plus jeunes. » Mais comment s’explique cette force d’attraction ?

Cette attraction va à contre-courant de l’idée issue de la théorie de la psychologie évolutionniste qui soutient que les hommes se laissent tenter par la beauté et la jeunesse alors que les femmes recherchent avant tout une stabilité socioéconomique chez la gent masculine.

Toutefois, dans ce cas-ci, la dominance du critère de beauté est court-circuitée par d’autres qualités « pensées comme » se développant avec l’âge. En effet, ces femmes se sentent plus matures émotionnellement et causant moins de drames et de crises au sein du couple que leur congénère dans la vingtaine. Elles se sentent confiantes, aussi, et très à l’aise avec leur corps, et se perçoivent comme expérimentées au plan sexuel.

Pour Milaine Alarie, il faut secouer les préjugés et déboulonner le mythe des « cougars ». Elle ajoute qu’il est temps de se questionner sur les doubles standards sexistes qui influencent la façon dont on voit la sexualité. Et, comme le remarque l’une des participantes de l’étude : « Si les hommes ont des relations avec des femmes plus jeunes, pourquoi pas nous ? »

À propos de l’auteure

Aurélie Lagueux-Beloin est étudiante en journalisme à l’Université de Montréal. Titulaire d’un baccalauréat en biologie de l’Université du Québec à Rimouski, elle s’intéresse à la science pour comprendre ce qui l’entoure et partager ses découvertes. En plus de se joindre à l’équipe du magazine Découvrir, elle anime une émission de vulgarisation scientifique hebdomadaire sur les ondes de CISM.