Depuis 15 ans, Wikipédia travaille efficacement à présenter des articles qui sont les plus neutres possible. Mais il subsiste une part de subjectivité, qu’on peut repérer à travers les références.

 

Une équipe allemande a conçu un outil, appelé Wikiwhere, qui permet d’analyser le pays d’origine des hyperliens contenus dans une page Wikipédia. Leur intention avec cet outil est de comparer les pages traitant d’un même sujet, mais dans des langues différentes : par exemple, expliquent-ils dans le New Scientist , la version anglaise de l’article sur l’annexion de la Crimée par la Russie compte un peu plus de sources tirées de médias ukrainiens que russes (24 % contre près de 20 %), alors que dans la version allemande, c’est le contraire (10 % de sources russes contre 3 % d’ukrainiennes). Les chercheurs ne remettent pas en question la crédibilité de Wikipédia, mais veulent attirer l’attention sur le fait que dans le futur, même cette encyclopédie collaborative devra être attentive à la diversification de ses sources d’informations.