C’est le paradoxe martien. D’un côté, toutes les observations indiquent qu’il y a déjà eu de l’eau. Mais de l’autre côté, aucune théorie n’explique convenablement comment, jadis, de l’eau a pu couler sur la planète rouge.

C’est qu’il y fait froid — une température moyenne de moins 60 — et il faisait encore plus froid il y a 3 à 4 milliards d’années, soit l’époque où, d’après ce qu’indique la géologie martienne, de l’eau aurait coulé à la surface. L’hypothèse la plus solide, celle d’un effet de serre, vient d’être rejetée par les observations de la sonde américaine Curiosity, qui roule dans le cratère Gale depuis 2011 : la géologie locale révèle en effet qu’il n’y avait pas assez de CO2 dans l’atmosphère pour hausser la température jusqu’au point où la glace aurait pu se transformer en eau. L’analyse est parue le 6 février dans les Proceedings of the National Academy of Science.