La science des cellules souches progresse à petits pas depuis 25 ans. À un point tel que les premières expériences médicales ne concernent qu’une poignée de maladies et que peu de résultats en ont été tirés. Ce qui n’a pas empêché des cliniques privées de prendre les devants... et d’avoir vécu leur premier accident.

Trois femmes ont subi des dommages irréparables aux yeux après l’injection de cellules souches dans le cadre d’un traitement à l’efficacité douteuse, selon ce qu’ont rapporté le 15 mars des médecins dans le New England Journal of Medicine. L’une des femmes, âgée de 72 ans, était complètement aveugle avant l’injection ; les deux autres, de 78 et 88 ans, avaient déjà une perte de vision, mais pouvaient encore conduire leur voiture. Les événements ont eu lieu en 2015 et donné lieu à une poursuite contre la clinique, dont le règlement ne peut être rendu public.

Selon l’article, les trois femmes pensaient participer à un essai clinique approuvé par les autorités, puisque des expériences pour traiter la perte de vision avec des cellules souches sont bel et bien en cours depuis une décennie. Mais les résultats se font attendre — on espérait déjà une percée en 2010 ! — et la clinique de Floride ne faisait pas partie des cliniques autorisées.

Le traitement n’était pas pour autant illégal : selon les explications fournies par l’organisme américain chargé d’approuver les médicaments (la FDA), cette clinique n’avait pas besoin de son approbation, parce qu’elle traitait les patientes avec leurs propres cellules, qui ne sont pas considérées comme un médicament.