Les amateurs de dinosaures devront peut-être apprendre un nouveau mot : l’arbre généalogique de leurs bestioles préférées pourrait en effet être redessiné.

Pour le commun des mortels, la différence semble mince. L’ancien modèle de l’évolution des dinosaures, qui tenait le coup depuis 1887, disait que ceux-ci, à partir d’un ancêtre commun il y a plus de 200 millions d’années, s’étaient séparés en trois branches : les théropodes (incluant les grands carnivores), les sauropodomorphes au long cou comme le brontosaure, et les ornithischiens, qui incluent des bêtes à cornes comme le tricératops.

 

Ancien modèle
Ancien modèle

 

Or, selon une analyse des données de squelettes de 74 espèces publiée le 22 mars dans Nature, il y a toujours trois branches, mais les deux plus proches cousins ne sont plus les mêmes. Théropodes et ornithischiens sont plutôt regroupés par Matthew Baron et ses collègues de l’Université de Cambridge sous le nom de Ornithoscelida.

 

Le modèle proposé par Matthew Baron et ses collègues de l’Université de Cambridge
Modèle proposé par Matthew Baron et ses collègues de l’Université de Cambridge

 

Si leur hypothèse s’avère exacte, elle n’implique pas seulement d’apprendre un nouveau nom compliqué. Elle oblige à placer plus tardivement la période d’apparition des carnivores, elle place les premiers dinosaures dans l’hémisphère nord, et elle pose la question du plumage dans des termes différents : si des représentants de chacun des deux grands groupes avaient des plumes, peut-être faut-il en conclure que celles-ci étaient présentes plus tôt qu’on ne le pensait.

Quant à savoir si le tyrannosaure sera content d’apprendre que cela fait de lui un plus proche cousin du tricératops que du géant brontosaure, c’est une autre histoire.

 

Images : Dmitry Bogdanov, Torley, Durbed / Creative Commons