Petit pas par petit pas, les cellules souches semblent entrer dans l’espace public. Mais que change le fait d’avoir pour la première fois, depuis la semaine dernière, des cellules souches transplantées d’une tierce personne ?

Il avait fallu près d’un quart de siècle d’expériences sur des cellules souches avant qu’on ne tente, en 2014, l’injection chez une femme de ses propres cellules souches — il s’agissait des cellules de sa peau, « reprogrammées » pour être injectées dans son oeil. Et ce n’est que la semaine dernière qu’on a pour la première fois expérimenté chez un patient l’injection de cellules souches qui ne sont pas les siennes. Cette nouvelle étape est pourtant fondamentale pour que ce traitement puisse se généraliser et devenir accessible à tous : il faudrait pour cela voir naître des « banques de cellules souches », similaires aux banques de sang d’aujourd’hui, mais il faudra d’abord expérimenter à plus grande échelle.

Pour l’instant, la nouvelle expérience, menée le 28 mars, vise à traiter chez un homme dans la soixantaine un cas de dégénérescence maculaire — une maladie de l’oeil qui conduit progressivement à la perte de la vision centrale. Les premières informations sont « prometteuses », selon une conférence de presse tenue le lendemain à l’Institut de recherche Riken, au Japon — le même où avait été menée l’expérience de 2014. Des cellules souches pourraient, en théorie, régénérer le tissu de la rétine, et c’était également l’objectif des expériences de 2014. La lenteur avec laquelle le dossier progresse depuis 25 ans n’empêche pas le biologiste Shinya Yamanaka, Prix Nobel de médecine 2012 pour son travail sur la reprogrammation des cellules souches, de travailler en ce moment même à ce que le Japon devienne le premier pays à créer une banque de cellules souches.