La population canadienne vient de franchir le cap des 35 millions d’individus, selon le plus récent recensement, en grande partie grâce à l’immigration qui y joue un rôle clé. Alors que les récents évènements du Québec résonnent encore et que des citoyens réclament même un plan de lutte à l’islamophobie ambiante, l’immigration suscite encore bien des interrogations.

Comment se fait-il que certaines personnes parviennent à s’adapter rapidement ? Quels sont les atouts d’une immigration réussie ? Se faire rapidement des amis participerait au processus, avance une récente publication scientifique de l’Université Concordia.

« Les premiers contacts avec des personnes résidant ici importent beaucoup, explique Marina Doucerain, professeure de la faculté de sciences humaines de l’UQAM et coauteure de l’étude, car ils ouvrent la porte à la culture d’adoption et donnent accès à tout leur réseau de contacts. »

«C’est sûr que la présence de nombreux membres de ma famille à Montréal a joué un grand rôle dans mon intégration, relève d’ailleurs Myriam Keyloun qui travaille comme intervenante communautaire à l’organisme Cari St-Laurent, un centre d’accueil et de référence pour immigrants. Elle est aussi l’une des 25 000 personnes réfugiées syriennes accueillies par le Canada. »

À travers deux études longitudinales menées auprès de 158 étudiants internationaux, des chercheurs sont arrivés à la conclusion qu’une grande participation sociale et des contacts fréquents avec des membres de la nouvelle communauté aideraient en effet les nouveaux arrivants à mieux s’intégrer au pays.

Suivis durant leur première année au Québec, ces étudiants devaient répondre à des questions portant sur le nombre d’amis, leurs interactions sociales, leur ouverture face à la culture d’accueil et leurs attentes. « Même si la définition de l’amitié diffère selon notre culture d’origine, se faire des amis nous motive et nous aide à adopter des comportements et des valeurs propres à notre société d’accueil. Les relations sociales sont donc cruciales pour y arriver », relève la chercheuse.

La clé tournée de la langue

Différentes barrières se dressent devant le parcours d’intégration du nouvel arrivant : la langue, la distance culturelle, la timidité, la capacité d’engagement social, etc. Des facteurs que les chercheurs ont pris en compte pour mettre en évidence que la clé majeure, sans grande surprise, est la maîtrise de la langue.

« Quand je parle anglais, c’est la même chose que si je parlais arabe. Quand je parle français, c’est comme je parle une langue étrangère, explique toutefois Myriam, arrivée au Québec depuis plus d’un an. Tu sais une langue, c’est plus que des mots et des phrases. C’est une culture, c’est l’humour, ce sont des sentiments et des petites nuances qui prennent du temps à acquérir, ce n’est quand même pas évident. »

« La langue forme la première barrière, bien qu’à l’université les étudiants possèdent un bon niveau de l’une ou de l’autre », convient en effet la chercheuse. L’essentiel serait de posséder, selon elle, un minimum de compétences langagières. Ce « kit de base » finira par s’améliorer et se renforcer au fil des interactions avec les natifs.

Chemins faciles, chemins ardus

Le contexte de l’immigration joue aussi un grand rôle au sein de la motivation à aller vers les autres et à s’intégrer. Les étudiants étrangers s’avèrent généralement très motivés et cherchent à rencontrer de nombreuses personnes, dès leur arrivée. À l’inverse, les réfugiés ne partagent ni cette motivation ni les mêmes facilités.

« La plupart des relations que j’ai ici sont liées à l’immigration, des réfugiés et de l’aide aux réfugiés. Puisque je parle déjà le français, je n’ai pas suivi des cours de francisation ce qui a aussi limité mon contact avec de nouvelles personnes et d’autres nouveaux arrivants comme moi. Et je ne fais pas des études à l’université, c’est une autre façon de se faire des amis », confirme Myriam.

Dans leurs études, les chercheurs ont aussi pris en compte l’ouverture préalable des immigrés envers la culture et les personnes de la société d’accueil. À leur arrivée, les immigrés qui arrivent dans un état d’esprit positif envers les Canadiens vont multiplier les amis et les interlocuteurs et mieux s’adapter au changement de vie.

Les petits gestes quotidiens y participent aussi : le lieu de l’épicerie, les activités sportives, la fréquentation des festivités, etc. « Les nombreuses interactions avec les membres de la communauté d’accueil seront autant d’occasions d’apprendre les us et coutumes de la nouvelle société », relève encore la chercheuse.