Les images de Jupiter renvoyées la semaine dernière par la sonde Juno n’ont pas seulement suscité l’enthousiasme chez les amateurs d’astronomie. Elles ont suscité une participation populaire.

C’était un peu prévu pour ça : l’outil JunoCam Imager avait été ajouté spécifiquement dans l’espoir que le public se l’approprie. Ses photos ne sont pas reliées aux objectifs scientifiques de la mission (les huit autres instruments de la sonde Juno s’en chargent). Le public est donc invité à les télécharger, les transformer, faire ses propres montages, et suggérer à l’équipe de la NASA des zones de Jupiter à photographier. Or, le passage de la semaine dernière à proximité de la fameuse tache rouge a inspiré des chercheurs amateurs, autant que des artistes : comme cette vidéo d’une tache rouge qui avale la Terre, une façon de montrer comment les dimensions des deux se comparent.

De nombreuses images ont ainsi été « retravaillées » dans le but de faire mieux ressortir de subtils détails des nuages de Jupiter, en utilisant des couleurs contrastées. Au risque de trahir la réalité, ce que défend Candy Hansen, directrice de la JunoCam : « notre combinaison oeil-cerveau perçoit mieux les détails lorsque vous les exagérez un peu… Je dirais que nous apprenons beaucoup en regardant des images sur lesquelles les couleurs sont rehaussées ».