La recherche de vie extraterrestre est intimement liée à la découverte d’eau. Deux études récentes appuient l’hypothèse d’un océan souterrain dans un endroit inédit : l’astéroïde Cérès. Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs combinent des modèles informatiques avec les données que leur envoie la sonde Dawn, qui orbite autour de Cérès depuis 2015.

Les stations du réseau de communication Deep Space Network de la NASA captent les données de Dawn et permettent de mesurer précisément la position et la vitesse de la sonde. Lorsqu’un changement a lieu, c’est le signe d’une anomalie gravitationnelle qui révèle la densité des structures souterraines.

Selon la première étude, menée par Anton Ermakov du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA, la croûte a une densité semblable à celle de la glace, mais tout en étant beaucoup plus résistante. La seconde étude tente d’élucider cette énigme : Roger Fu de l’Université Harvard et son équipe ont créé un modèle de la croûte qui leur permet de conclure qu’elle serait composée de glace, de sel, de roche et de structures nommées clathrates hydrates. Ce sont des « cages » de molécules d’eau qui enferment des molécules de gaz. Elles ont à peu près la même densité que la glace, mais sont de 100 à 1000 fois plus résistantes. Conclusion des chercheurs : une croûte très solide à la surface reposerait sur une couche plus malléable, contenant possiblement un peu de liquide.

La sonde Dawn a récemment vu son mandat prolongé, probablement jusqu’à la fin de 2018. En avril 2018, Cérès sera au plus près du Soleil.

 

—   Alexis Gohier-Drolet