Six semaines après l’ouragan Maria, plus de 70 % de la population du territoire américain de Porto Rico est sans électricité et beaucoup n’ont toujours pas accès à l’eau courante, ce qui facilite la transmission de maladies comme la leptospirose.

Déjà, 80 cas sont soupçonnés depuis l’ouragan, dont 4 ont été mortels. Cette maladie infectieuse se transmet par le contact avec de l’eau qui a été contaminée par de l’urine d’animaux infectés. Les symptômes incluent des maux de tête et la diarrhée, mais également une insuffisance rénale et une méningite. D’autres maladies partagent certains de ces symptômes, comme la grippe ou la dengue. La déshydratation et la malnutrition nuisent à la guérison. En plus des infections, la situation risque d’aggraver des maladies évitables, dont le diabète et l’hypertension, prévient un médecin de l’Université Harvard de retour de là-bas, faute d’accès aux médicaments et en l’absence d’électricité pour garder l’insuline au froid.

L’absence d’accès à l’eau potable et à l’électricité représente des problèmes qui ne sont pas près de se régler, suite à une controverse politique ayant conduit à l’annulation du contrat de réparation du réseau électrique avec la compagnie Whitefish Energy Holdings. Les gens affectés ne peuvent pas faire bouillir leur eau pour la désinfecter, ou utiliser l’air conditionné pour éliminer l’humidité, ce qui crée un environnement propice à la moisissure. Laquelle augmente les risques de troubles respiratoires et d’allergies. Et cela, à un moment où les hôpitaux doivent utiliser des générateurs pour leur électricité, réduisant les heures de traitement de nombreux malades.

Le nombre de morts officiellement associés à l’ouragan est actuellement de 51. Mais ce nombre est sans doute sous-estimé. Jusqu’à 911 morts ont été incinérés sans examens depuis l’ouragan et identifiés comme morts de « causes naturelles », a découvert le magazine BuzzFeed. Les directeurs de crématoriums devraient normalement envoyer à l’inspection les corps dont la mort pourrait être causée par l’ouragan, mais comme ça n’a pas été fait, une personne aidée d’un respirateur, morte faute d’électricité, pourrait être catégorisée dans les morts naturelles.