Il y a davantage de « Michael » que de femmes PDG parmi les conférenciers du congrès J.P. Morgan sur les soins de santé, tenu cette semaine à San Francisco.

C’est la statistique la plus choquante qu’a pu trouver le magazine StatNews, après avoir constaté qu’en tout, les hommes représentent 94 % des 540 personnes donnant une des conférences « de haut niveau » dans le cadre de cette rencontre de l’industrie de la santé — décrite comme « le plus gros symposium de l’industrie sur les investissements en santé », avec 10 000 participants. Les hommes représentent aussi 77 % des gens intervenant à un niveau ou à un autre, incluant quatre des neuf panels exclusivement masculins. « La disette de conférencières reflète la dynamique de ces industries largement masculines — finance et biopharmaceutique », constate le magazine.

Si ce congrès a été ciblé, c’est parce qu’il avait aussi fait parler de lui il y a deux ans, en mal, lorsque la firme LifeSci Advisors avait fait venir des mannequins en mini-jupes pour son cocktail.

En plus des 20 conférencières spéciales qui sont PDG, le congrès compte 13 intervenantes dont les titres vont de vice-présidente à directrice financière, plusieurs représentant des organismes à but non lucratif. Reste qu’une fois mis tous ces gens bout à bout, le congrès permet d’entendre 22 Michael, 18 John et 14 David, contre 20 présidentes-directrices générales. Le magazine signale que « la porte-parole de J.P. Morgan a décliné l’offre de commenter le reportage ».