Si la tendance se maintient, les baleines noires de l’Atlantique Nord pourraient disparaître d’ici 2040. Après les inquiétudes suscitées depuis l’été dernier par 18 morts principalement attribuables aux humains, les chercheurs s’interrogeaient cette semaine sur le fait qu’ils n’avaient observé aucun nouveau-né pendant la saison normale des naissances, de novembre à février.

Ces baleines noires (Eubalaena glacialis) sont classées « espèce en péril ». Il en reste environ 430, dont une centaine de femelles. Comme une bonne partie des décès sont le résultat de baleines qui se sont prises dans des filets de pêche, l’espoir est que de nouveaux types de pièges adoptés par les pêcheurs de homards, sans cordes, réduisent le taux de mortalité. Mais les tests commencent à peine sur les côtes de l’Atlantique.

Le réchauffement rapide des eaux de la région, notamment dans le Golfe du Maine, pourrait aussi être un facteur important, parce qu’il réduit la quantité de nourriture disponible dans les « garde-manger » habituels de ces mammifères. L’Agence américaine des océans et de l’atmosphère estime que 17 baleineaux sont nés en moyenne chaque année entre 1990 et 2014 — mais seulement cinq en 2017.