Le 22 mai 2017, une crevasse apparaissait en face de Mar-a-Lago, la résidence de Floride de Donald Trump. Le 22 mai 2018, une crevasse était signalée sur la pelouse de la Maison-Blanche. La Terre essaie-t-elle d’envoyer un message ?

Chose certaine, les réseaux sociaux s’en sont donné à coeur joie. « Le tunnel d’évasion de Melania s’est effondré. » « Est-ce que les mêmes sont en train de devenir des êtres conscients ? » « Même le gazon veut se sauver » Les scientifiques sont, comme à leur habitude, plus circonspects : de tels trous sont apparus spontanément à toutes les époques et sur tous les continents — et en ce qui concerne Washington, il ne faut pas oublier qu’elle a été construite, il y a un peu plus de 200 ans, sur un marécage. Encore que, pour un président qui s’est fait élire en promettant de « vider le marécage », c’est une autre métaphore qu’il était difficile d’éviter.

L’explication scientifique la plus prosaïque est que de tels trous se forment tantôt à cause du vieillissement des infrastructures humaines (égouts, pipelines, anciennes mines, etc.), tantôt à cause de la géologie : par exemple, un terrain de calcaire qui a été asséché artificiellement, ou qui a subi une sécheresse prolongée, se retrouve avec une multitude de petites cavités souterraines… qui deviendront autant d’éponges le jour où surviendront des pluies exceptionnelles. Fragilisant le sol au-dessus d’elles et provoquant des affaissements.

Mais de cette explication prosaïque découle une explication scientifique plus dérangeante pour le locataire de la Maison-Blanche : c’est que les changements climatiques vont accroître les précipitations dans certaines régions et du coup, rendre de tels trous beaucoup plus fréquents. En somme, la Terre est peut-être vraiment en train d’envoyer un message.