Événement historique : des représentants du pétrole, du gaz, du solaire et de l’éolien ont publié une déclaration commune. Tous unis contre une décision du gouvernement Trump de fournir une aide financière… aux centrales au charbon.

C’est en effet dans le but apparent d’empêcher la fermeture de centrales au charbon — ainsi que de centrales nucléaires — que la Maison-Blanche a ordonné vendredi au ministère de l’Énergie de prendre des « actions immédiates » pour leur venir en aide financièrement. La défense des travailleurs du charbon, qui ont supposément été mis sur le carreau par les lois environnementales sous Obama, avait d’ailleurs été un cheval de bataille pendant la campagne électorale — en dépit de la réalité : en Amérique du Nord, l’emploi dans le charbon décline en fait depuis un demi-siècle.

L’idée d’une aide financière à ces deux industries « au nom de la sécurité nationale » serait malavisée, commente le directeur de l’Institut américain du pétrole, Todd Snitchler, pour qui c’est « son » industrie qui est garante de la sécurité nationale. Une telle aide « ébranlerait des marchés compétitifs et hausserait les coûts de l’électricité pour les consommateurs » renchérit dans le même communiqué le Conseil américain des énergies renouvelables. « Un usage inapproprié des pouvoirs d’urgence du gouvernement », écrit le président de l’Association du gaz naturel, qui n’est « pas une recette pour le succès économique », complète le président de l’Association des industries de l’énergie solaire, toujours dans le même communiqué conjoint.

Les groupes environnementaux ayant eux aussi dénoncé le projet de la Maison-Blanche, une telle unanimité semble être du jamais vu.