Manger un piment, ça pique. Oui, mais pas pour tout le monde.  Des chercheurs de l’Académie chinoise des sciences ont trouvé le mécanisme de tolérance au piment… chez le toupaye, le seul mammifère capable d’en manger sans difficulté.

Si les animaux sont sensibles au piment, c’est en raison de la présence de la capsaïcine, une substance qui active un récepteur et provoque cette sensation de brûlure. Chez cette sorte de petit écureuil vivant en Asie du Sud, ce récepteur n’est plus activé en raison d’une mutation génétique.

Cependant, il n’a pas commencé à apprécier le piment sans raison. Il se serait adapté à son environnement en se nourrissant d’une plante piquante qui contient une substance analogue à la capsaïcine. Avec un régime alimentaire élargi, il a pu donc augmenter ses chances de survie.

Quant à l’humain, s’il peut manger du piment, ça ne veut pas dire qu’il a lui aussi cette mutation. C’est plutôt qu’il se force pour passer outre : on aime bien la sensation que nous procure ce côté piquant !