Surprise : un scientifique proposé par Trump à un poste nécessitant un scientifique a obtenu de bons commentaires. Il faut dire qu’on attendait cette nomination depuis 19 mois.

Le poste de scientifique en chef de la Maison-Blanche était en effet vacant depuis l’élection, ce qui en fait un record depuis la création de ce poste dans les années 1970 (en fait, deux fois plus de temps que la plus longue vacance). Dans l’intervalle, le personnel du White House Office of Science and Technology Policy, le bureau chargé de conseiller la Maison-Blanche dans l’élaboration de toute politique liée à des enjeux de santé, d’environnement, d’énergie ou de science, est passé de 130 à 50 personnes. Le nouveau patron, s’il est confirmé par le Sénat, est un météorologiste : Kelvin Droegemeier, qui a été professeur à l’Université de l’Oklahoma pendant trois décennies et a notamment siégé au bureau de direction de la National Science Foundation, important organisme subventionnaire de la recherche. Ceux qui le connaissent saluent notamment son expérience pour ce qui est de jeter des ponts entre la science et les politiciens, et son attachement à un financement gouvernemental robuste pour la recherche.

« Je suis agréablement surpris, commente par exemple un collègue dans The Atlantic. Jusqu’à maintenant, les nominations [du gouvernement Trump] en science ont été plutôt bizarres, mais Kevin est solide. » Comme chercheur, il a aussi publié sur les événements météorologiques extrêmes (surtout les tempêtes), ce qui pourrait se révéler pertinent par les temps qui courent.