Trois milliards d’années : c’est l’âge qu’aurait une partie de la glace cachée au fond de plusieurs cratères lunaires. Une découverte qui encourage ceux qui rêvent de construire une petite ville là-haut, mais qui laisse une question en suspens : comment est-il possible que cette glace ait pu survivre aussi longtemps à la surface de notre satellite ?

Normalement en effet, expliquent les planétologues depuis des décennies, sans rien pour la protéger des rayons du Soleil, et sans atmosphère, cette glace aurait dû depuis longtemps s’évaporer ou se décomposer pour aller se perdre dans l’espace. La solution de l’énigme résiderait dans le fait que tous les cratères pointés du doigt cette semaine dans la revue PNAS se trouvent à proximité du Pôle Sud.

À cet endroit, le Soleil est toujours très bas sur l’horizon. Comme les dépôts de glace semblent tous se trouver au fond de cratères, ils n’ont probablement jamais été exposés à notre étoile — en plus du fait que la température doit rarement y dépasser le moins 160 Celsius. Il suffirait dès lors qu’une comète s’écrase dans la région pour que la glace qu’elle contient y reste à perpétuité.

Il y a longtemps qu’on se doute que des dépôts de glace pourraient se cacher sous la surface de notre satellite, mais la confirmation de glace à la surface, c’est une première. La sonde indienne Chandrayaan-1, en 2008 et 2009, avait détecté depuis l’orbite des signaux qui pouvaient être attribués à de la glace ; ces signaux avaient toutefois été jugés « intrigants », mais pas concluants. C’est la réanalyse des données récoltées par cette sonde qui a conduit à l’annonce de cette semaine.