« La grippe d’homme existe », titraient entre autres Le Devoir et Météomédia le 12 décembre, à partir d'une dépêche de la Presse canadienne qui citait « une étude » d’un médecin canadien publiée dans le prestigieux British Medical Journal. « Une étude qui cherche à comprendre la grippe d’homme », titrait plus prudemment Radio-Canada. Devant cette nouvelle bien de saison, le Détecteur de rumeurs se permet de vous mettre en garde : cette étude… n’en était pas une.


Cet article fait partie de la rubrique du Détecteur de rumeurscliquez ici pour accéder aux autres textes.


Il y a pourtant bel et bien un texte signé par le Dr Kyle Sue, professeur adjoint de médecine clinique à l’Université Memorial de Terre-Neuve, publié dans l’édition du 12 décembre du British Medical Journal (BMJ), qui est une revue scientifique tout ce qu’il y a de sérieux.

Le problème, c’est que l’édition de Noël du BMJ est traditionnellement le numéro annuel « pour rire » publiant des textes de vrais chercheurs, mais qu’on enjoint de prendre avec un grain de sel. Un autre des textes de cette édition « Christmas 2017 » s’intitule par exemple « Au lit avec Siri et Google Assistant : une comparaison des conseils de santé sexuelle ».

Le site du réseau de télé CTV l’a noté, mais par la bande, et juste dans l’avant-dernier paragraphe : « le médecin a déjà essuyé des tirs pour sa recherche, en dépit du fait que l’édition de Noël du BMJ est censée être une édition plus humoristique du journal, quoique présentant des recherches légitimes ». Mais au bénéfice des lecteurs qui se demanderaient s’il s’agit vraiment d’une « recherche légitime », le Détecteur de rumeurs vous fournit quatre autres indices :

  • Le BMJ chapeaute le texte de l’étiquette « feature » : peu de gens ont besoin de savoir ce que cela signifie dans le langage du BMJ (les titres de rubriques peuvent varier d’un média à l’autre), mais on peut être certain qu’il ne s’agit pas d’une étude, parce qu’elle aurait alors été clairement étiquetée study ou research, dans n’importe quelle publication scientifique sérieuse. Il s’agit donc plutôt ici d’un texte d’opinion du chercheur.
  • Même s’il s’était agi d’une réelle étude, celles citées par Kyle Sue, qui affirment que les souris femelles auraient des systèmes immunitaires plus forts que les souris mâles, restent des études sur des souris et non sur des humains. Et comme on le sait, les résultats d’études sur des souris sont à prendre avec un grain de sel.

  • Le langage utilisé dans le texte aurait dû aussi faire tinter une sonnette d’alarme. Par exemple, la phrase d’introduction du BMJ : « Kyle Sue se demande si les hommes sont des mauviettes ou juste immunologiquement inférieurs ». Et la phrase de conclusion du Dr Sue lui-même : « peut-être est-il temps d’avoir des espaces conviviaux pour hommes, équipés d’énormes télés et de sièges inclinables, où ils peuvent récupérer des effets débilitants de la grippe d’homme en toute sécurité et confort. »

  • Et c’est sans parler de la méthodologie qui mentionne que seuls les articles pertinents à la thèse de l’auteur ont été retenus…

Verdict : Homme ou femme, si vous attrapez la grippe, le Détecteur vous recommande de boire beaucoup de liquide et de faire une sieste. Joyeuses Fêtes !

 

 

Modification le 10 janvier : mention de la dépêche de la PC