Comment combattre la désinformation scientifique ? C’est une vaste question, n’est-ce pas. Alors que nos réseaux sociaux relaient de nombreuses recherches scientifiques —nous faire maigrir en 21 jours, le rêve!— et que la difficulté à départager le vrai du faux est plus d’actualité que jamais.

Écoutez cette émission en cliquant sur le lien audio ci-dessous

Fichier audio

 

Biais de confirmation, capacité à s’enfermer dans une bulle à cause des réseaux sociaux: ces phénomènes sont connus, mais comment les contrer ? Le Coeur des sciences de l’UQAM organisait en novembre une table ronde sur le thème de la désinformation, qui a attiré 300 personnes. C’est ce qui nous a inspiré cette émission. Et il y a le nouveau Détecteur de rumeurs de l’Agence Science-Presse, inspiré d’initiatives similaires autour de l’information politique.

Il faut bien aussi reconnaître que l’industrie pharmaceutique ne contribue pas toujours à une bonne information lorsqu’elle diffuse, comme l’explique Marc-André Gagnon, des messages parfois tronqués afin que les médecins recommandent un médicament plutôt qu’un autre. Ou lorsqu’elle investit des sommes énormes en relations publiques pour monter en épingle des recherches qui ne mériteraient peut-être pas autant d’attention.

“C’est une guerre pour empêcher la divulgation des informations qui iraient à l’encontre des intérêts commerciaux de l’entreprise”, explique-t-il. Avec des effets qui sont loin d’être anodins: il nous rappelle l’histoire du Vioxx, qui causé des morts.

Concrètement que pouvons-nous faire pour mieux repérer les fausses nouvelles et les rumeurs ? Comme l’explique Josée Nadia Drouin, le simple citoyen devra développer des aptitudes nouvelles, son esprit critique —pour ne pas se fier sur Facebook à un titre trop beau pour être vrai, pour repérer des médias crédibles, des sources fiables, etc.

Nos invités:

  • Josée Nadia Drouin, directrice de l’Agence Science-Presse, qui avait participé à ce colloque.
  • Marc-André Gagnon, professeur en politique publique à l’Université Carleton et professeur invité au Centre de politique, d’éthique et de droit de la santé à l’Université d’Ottawa. Il s’intéresse entre autres aux stratégies corporatives de l’industrie pharmaceutique destinées à influencer le savoir médical.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13 h, sur les cinq stations régionales de Radio VM . Elle est animée par Isabelle Burgun. Recherche: Isabelle Burgun. Vous pouvez également nous écouter sur CHOQ-FM (Toronto) CIBO-FM (Senneterre) et CJMD (Lévis).

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Pour en savoir plus sur l'initiative Je vote pour la science, rendez-vous ici . Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.