C’est une bonne nouvelle dont on n’a pas encore mesuré les conséquences au Québec : les frais accessoires sur des soins couverts par le régime public sont abolis. C’est le sujet de notre émission cette semaine.

Fichier audio

 

La nouvelle loi interdit donc aux médecins québécois de facturer des frais accessoires à leurs patients pour certains services et examens couverts par la Régie de l’assurance maladie du Québec. Les services assurés sont des services requis au point de vue médical – par exemple des examens, des actes thérapeutiques. Ou le traitement de verrues, la pose d’un stérilet. Ou certaines chirurgies — vasectomie, ablation d’un kyste.

Mais il y a de la résistance, comme avec les cliniques privées de radiologie qui refusent de se plier à cette gratuité. Le gouvernement a annoncé qu’il pourrait y avoir des sanctions, les cliniques ont menacé de ne plus offrir ces soins.

On estime à 80 millions de dollars les frais accessoires payés par les patients. Le gouvernement a d’ailleurs annoncé des indemnités, comme l’injection de 21 millions de dollars pour 90 000 examens radiologiques supplémentaires qui seraient effectués dans le réseau public chaque année.

Isabelle Burgun fait d’abord le point sur ce que sont les frais accessoires avec :

  • Astrid Brousselle, professeure au Département des sciences de la santé communautaire de l’Université de Sherbrooke et chercheure au Centre de recherche de l’hôpital Charles-Lemoyne. Experte d’évaluation et amélioration du système de santé.

Elle est satisfaite de la décision, tout en prévenant qu’il subsistera des “absurdités” au sein du système qui ne seront pas réglées du jour au lendemain. Elle répond aussi à une autre question importante: qu’en est-il de la rémunération des médecins ?

Isabelle en parle ensuite avec :

Le gouvernement a pris la décision d'abolir les frais accessoires. Quel a été sa motivation ? De nombreuses années de pressions populaires et des partenaires, répond Stéphane Defoy. Il fait lui-même partie de ceux qui, depuis longtemps, se mobilisent contre les frais facturés aux patients pour des soins couverts par le régime d’assurance-maladie.

Il subsiste de la résistance de la part de médecins et de cliniques. Une de leurs craintes à la Clinique communautaire: que l’abolition des frais accessoires se traduise par l’augmentation d’autres frais. La Clinique a par ailleurs mis en ligne un registre de surveillance des frais accessoires. Pourquoi ?

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13 h, sur les cinq stations régionales de Radio VM . Elle est animée par Isabelle Burgun. Vous pouvez également nous écouter sur CHOQ-FM (Toronto) CIBO-FM (Senneterre) et CJMD (Lévis).

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Pour en savoir plus sur l'initiative Je vote pour la science, rendez-vous ici . Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.