On en compte maintenant plus de 4500 ! Depuis un peu plus de 20 ans, les astrophysiciens n’arrêtent pas de découvrir de nouvelles exoplanètes – ces planètes qui n’appartiennent pas à notre système solaire mais qui tournent autour de leur propre étoile. Or, comme le disent nos deux invités cette semaine, l'intérêt est beaucoup plus dans les questions que posent leurs découvertes que dans les réponses qu'elles apportent.

Fichier audio

Depuis la toute première, 51 Pegasi b, à 51 années lumière du Soleil, certaines de ces planètes nous rappellent qu’il y aurait peut-être d’autres Terre susceptibles d’accueillir la vie, dès lors qu’elles sont situées dans la zone habitable de leur étoile – pas trop proche, ni trop loin.

Et pourtant, il y a des déceptions : vous vous souvenez de la «Super Terre», au diamètre mesurant seulement deux fois et demi la Terre, ce qui la plaçait dans les rangs des planètes pouvant ressembler à la nôtre ? On le sait maintenant, GJ 1214B ne peut pas accueillir de vie.

Ou peut-être vous souvenez-vous de l’étoile naine Trappist-1 et de ses 7 exoplanètes. Elles ont beaucoup fait parler d’elles l’an dernier et pourraient le faire encore car il semblerait que leur masse rocheuse contienne de l’eau – notez toutefois le conditionnel !

Toutes ces découvertes modifient la perception de notre univers, relancent le débat sur la vie extraterrestre mais ramènent aussi des interrogations sur la technologie qui serait nécessaire pour parvenir à rejoindre des terres tellement lointaines.

Pour en parler, Isabelle Burgun s’entretient avec:

Nous, les astronomes qui nous intéressons aux exoplanètes notre objectif premier n’est pas de trouver une « planète de secours ». À court ou moyen terme, on n’a pas vraiment de moyens pour se déplacer vers d’autres systèmes planétaires.  -Marie-Eve Naud

S’il s’avérait qu’il y a une vie intelligente quelque part, on aurait un signal, pas une conversation. Un signal qu’on décoderait. Ça poserait de sérieux problèmes pour les humains et pour les religions. -Jean-Pierre Urbain

 

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13 h, sur les cinq stations régionales de Radio VM . Elle est également rediffusée pendant la semaine. Elle est animée par Isabelle Burgun. Recherche pour cette émission: Isabelle Burgun. Vous pouvez également nous écouter sur CHOQ-FM (Toronto) CIBO-FM (Senneterre) et Radio-Fermont.

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. La naissance de l'émission, en 2008, a également été accompagnée d'une initiative politique non partisane du même nom: rendez-vous ici . Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook .