En ce moment, se déroule à Porto Rico une grande conférence sur la bioastronomie. Cette conférence qui a lieu aux trois ans sous l’égide de la commission 51 de l’Union Astronomique Internationnale réunit les experts dans le domaine de la bioastronomie.

C'est une des rares conférences où les spécialistes du domaine se rencontrent. En effet, la plupart des bioastronomes, astrobiologistes ou exobiologistes travaillent se rattaché à un domaine plus classique de recherche. Il y a ainsi des biologistes, des astrophysiciens, des géologues, des planétologues et même des philosophes ! Cette diversité de cultures scientifiques rend complexe l’organisation de la conférence tout en la rendant très intéressante. Par exemple, les organisateurs doivent fournir un glossaire afin que tous les participants puissent comprendre le jargon de chacun des domaines.

D’après plusieurs sources, il paraît que cela brasse pas mal (à la limite de l’engueulade) pendant la période des questions. Ce n’est pas une situation typique des conférences scientifiques. Cela me rappelle une règle de bienséance qui régissait les interactions entre les scientifiques au Mont Palomar : Ne commentez pas le travail d’un collègue à moins que vous ne considériez qu’il est un parfait idiot ! Dans une conférence aussi multidisciplinaire, il faut croire que bien du monde peut considérer les experts des autres domaines comme des idiots dans le leur :) Ceci dit, pendant les pauses et à l'heure du lunch, une atmosphère bonne enfant règne.

Robert Lamontagne et Stéphane Dumas assistent à la conférence, ils nous feront probablement un compte rendu à leur retour.

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Voici le compte rendu de Stéphane Dumas

DIMANCHE 15 JUILLET

Après un très long voyage en avion, je suis arrivé à San Juan autour de 20h00 et à mon hôtel autour de 20h30. C'est très humide et chaud, même à cette heure tardive.

Une fois que j'ai eu pris possession de ma chambre, je suis allé à la réception d'accueil pour le congrès. On m'a donné ma trousse de bienvenue, y compris 6 petites bouteilles de rhum Baccardi (la compagnie est à Porto Rico) et toute une série de papier pour la conférence.

La première personne que j'ai rencontrée fut Jill Tarter. Pour casser la glace, je lui ait dit : "vous ne me connaissez pas, mais vous connaissez sûrement Yvan Dutil". À ma grande surprise, elle me connaissait de nom. Elle m'a dit, sur un ton humoristique, de ne pas discuter de nos messages avec Seth Shostak.

Je suis resté quelques minutes, le temps de prendre un jus d'ananas. La fatigue a gagné sur ma volonté et je suis allé me coucher vers 21h30. Je dois souligner que j'étais réveillé depuis 5h50.

LUNDI 16

À mon réveil, j'ai réalisé que l'hôtel était sur le bord de la mer. Mon balcon, au 4e étage, donne sur l'océan et la plage. Ho quel misère 8-)

Petit déjeuner dans le restaurent de l'hôtel qui donne sur l'océan, la plage et les palmiers. Je vais être pris à déjeuner aussi tout le semaine, pas facile.

Je suis allé installer mes 2 posters avant le début des conférences. Puis c'est en entrant dans la salle de conférence que j'ai croisé Robert Lamontagne. J'ignorais qu'il serait là.

À la première pause de la semaine, j'ai rencontré Paul Shuch qui m'a immédiatement reconnu. Et un fait amusant, il a passé la semaine à me présenter en marquant le fait que je travaillait dans la construction de message. Ce qui m'a aidé à briser la glace avec certains. J'ai également rencontré Seth Shostak, mais nous n'avons jamais parlé de active-seti. J'ai croisé Dan Wertheimer (SETI@HOME) mais je n'ai pas eu la chance de lui parler durant la semaine.

J'ai aussi croisé Bishun Khare. C'est le chimiste, ami de Carl Sagan, qui performe l'expérience de Miller dans la série Cosmos.

Une journée est typiquement divisée en quatre sessions. Chaque session est présidée par une personne différente et s'attarde sur un sujet en particulier. Les 4 sessions de lundi étaient : "Comment la vie est-elle apparu dans l'univers", "La nature de la matière organique interstellaire", "La matière organique du milieu interstellaire jusqu'au protoplanète" et "La matière organique dans les comètes et météorites".

Puis nous avons eu la première session de poster où les gens présentent leur recherche sous forme d'immenses posters. Mais la plupart des gens se ramassent autour de la table du café et de la nourriture.

La météo est à l'orage et c'est nuageux.

MARDI 17

Réveil à 6h20 et petit déjeuner. Il y a encore plein de nuages.

Les sessions d'aujourd'hui sont : "La vie dans le système solaire, au-delà de Mars", "Mars et les prédispositions de la vie", "Missions d'exploration des comètes", "La chimie pré-biotique". Comme vous pouvez le constater, la bioastronomie est un domaine multidisciplinaire et très vaste mais attendez de voir les sujets du reste de la semaine.

Durant le dîner, j'ai placoté avec Paul Shuch (SETI LEAGUE) au sujet de prochaines publications d'Yvan Dutil et de moi.

Durant la session de poster no 2, j'ai eu une discussion fort intéressante concernant la longévité des civilisations avec Douglas Vakoch (SETI INSTITUTE), Guillermo Lemarchand (Instituto de Radioastronomia), Pablo Sobron (University of Valladolid) et un gars de la NASA (j'oublie son nom).

J'ai eu aussi une discussion sur l'un de nos poster avec Kathryn Denning (Département d'anthrologie de l'université de York).

MERCREDI 18

Nous n'avons pas de conférences aujourd'hui. On part en expédition pour visiter les grottes de Camuy de ainsi que l'observatoire d'Arecibo. Les grottes sont spectaculaires mais j'ai préféré la visite à Arecibo. Nous avons été divisé en quatre autobus. Les 2 premières allaient aux caves puis à l'observatoire alors que les 2 autres faisaient l'inverse.

J'était dans le bus 1 et c'est avec une grande surprise que j'ai réalisé que Frank Drake était notre guide. Tout le long du voyage, entre San Juan et Arecibo, nous avons au le droit à moult anecdotes sur l'île même et l'observatoire. Et au retour, ce fut de même.

L'une des anecdotes est que l'antenne fut construite par l'université de Cornell sous contrat avec le département de la défense pour surveiller les satellites soviétiques. Le calcul donnait une antenne de 1000 pieds pour être capable de les détecter et c'est ce qu'ils ont construit. Hors, ils ont fait une erreur et plus tard on réalisé qu'une antenne de 100 pieds aurait fait l'affaire. Mais Arecibo était déjà construite. Il en a coûté 3,5 millions pour tout faire. Trois sites avaient été choisi pour la construction: Cuba, Porto-Rico et un autre endroit.

J'ai rencontré Claudio Maccone (International Academy of Astronautics) qui était très intéressé par nos messages de 1999 et 2003.

JEUDI 19

Les sessions d'aujourd'hui sont : "Les origines des virus et autres fonctions cellulaires", "La vie dans les environnements extrêmes", "Évolution de la vie et l'environnement d'une jeune Terre", "La vie au-delà la Terre".

Durant la journée, Paul Shuch m'a demandé d'être le coordonnateur pour l'est du Canada de SETI League et j'ai accepté.

À la fin de la 4e session, il y a des discussions au sujet de la création d'une nouvelle société dévouée à l'astrobiologie. Les opinions sont partagées.

À 18h30, le banquet débute. Je me retrouve en compagnie de Seth Shostak, Douglas Vakoch, Kathryn Denning, Lori Walton (géologue canadienne), Claudio Maccone, Rick Carrigan (Fermi Lab).

Avec l'assistance de Kathryn, j'ai réussi à avoir une photo de moi et de Frank. Beau souvenir.

VENDREDI 20

Dernière journée de la semaine. Ce fut une très longue semaine et je suis partagé dans mes sentiments. J'aimerais que ça continue mais je suis aussi très fatigué.

Les sessions d'aujourd'hui sont : "Les planètes exo-solaires", "La zone habitable autour des étoiles", "Les biosignatures" et "SETI".

Durant le dîner, j'ai eu une discussion fort intéressante avec Hans Ziock (Los Alamos National Laboratory) au sujet de la singularité, ou l'union de l'homme et de la machine. Entre autre, comment aborder le concept de l'émotion chez la machine.

À la fin de la journée, nous avons une soirée spéciale sur le film Contact. Seth Shostak est le maître de cérémonie et nous avons un groupe de trois personnes qui racontent des anecdotes sur le film et Carl Sagan. Le groupe est formé de Jill Tarter, Guy Consolmagno (Vatican) et John Rummel (NASA HQ). Les commentaires sont très intéressants, particulièrement ceux de Jill Nous avons droit à un très beau commentaire d'Antonio Lazcano (Universidad Nacional Autonoma de Mexico) au sujet de l'héritage de Carl Sagan au sujet de l'éducation populaire de la science.

La semaine se termine avec la projection du film.