Avez-vous déjà entendu parler des supervolcans ? Il s'agit d'un type de volcan qui pourrait avoir des impacts dévastateurs à l'échelle planétaire si jamais une telle éruption advenait.

Le seul supervolcan de l'histoire moderne est l’éruption du mont Tambora en Indonésie en 1815. Pour vous donner une idée de sa force, sachez que cette éruption a été dix fois plus puissante que celle du Krakatoa et plus de cent fois plus puissante que celle du Vésuve. Elle a provoqué la mort de plus de 100 000 personnes seulement en Indonésie et a projeté une colonne de cendre s’élevant à quelque 70 kilomètres dans l’atmosphère. Ses répercussions sur le climat ont amené les gens à parler de l'année 1816 comme de « l’année sans été ».

« Et il ne s’agissait que d’un petit supervolcan », souligne le Pr Stix co-auteur d'une étude récente sur les supervolcans. « Un gros supervolcan pourrait engendrer l’équivalent d’un hiver nucléaire mondial. Il sèmerait la dévastation sur plusieurs centaines de kilomètres près de l’éruption et les récoltes seraient déficitaires à l’échelle mondiale en raison de la pluie de cendres et, fait encore plus important, du refroidissement rapide du climat. » De quoi faire frémir les plus blasés des individus.

En laboratoire, les docteurs Ben Kennedy et Mark Jellinek du Département des sciences de la Terre et des océans de l’Université de la Colombie-Britannique, et John Stix directeur du Département des sciences de la Terre et des planètes de l’Université McGil ,ont simlué le processus qui peut transformer les volcans ordinaires en supervolcans.

Les résultats de leurs travaux ont été publiés le 25 mai dans la revue Nature Geoscience .

À l’aide de modèles de volcans en plexiglas remplis de sirop de maïs, les chercheurs ont simulé le comportement possible du magma dans le réservoir magmatique du volcan si le dôme du réservoir s’effondrait pendant l’éruption.

« Les blocs du dôme qui tombent dans le réservoir agitent le magma. Cela entraîne de nombreux effets complexes de débit qui pourraient donner lieu à ces super-éruptions », explique le Pr Stix.

Comme il n'existe en ce moment aucune manière de prédire l'éruption d'un supervolcan, cette nouvelle information est précieuse car elle fournit des indications utiles à l'établissement de cartes de risque d'avènement de supervolcans.

Il existe des sites supervolcaniques en dormance partout sur le globe, le plus connu est situé sous le parc national Yellowstone, au Wyoming.