Oui oui, je sais, je suis privilégié de me trouver au soleil de Cancun au moment même où vous affrontez les premières frappes de l’hiver…

Mais je suis vraiment ici pour travailler. Et j’espère que, de votre côté, vous prendrez le temps de lire mes analyses de la Conférence de Cancun au cours des deux prochaines semaines!

Si vous le faites, vous constaterez que je m’efforce de donner un sens à tout ce qui se passe ici. En fait, comme chercheur postdoctoral à l’Université Libre de Bruxelles et chercheur affilié à la Chaire de responsabilité sociale et de développement durable de l’UQAM, mon travail est d’analyser la dynamique des négociations en m’attardant aux rapports de force, aux acteurs en présence, aux possibles blocages ou déblocages, etc.

Bref, il y a un énorme travail d’analyse à accomplir et que j’essaierai du mieux que je le peux de partager avec vous, chères lectrices, chers lecteurs.

Ce qui ne veut pas dire que le soleil et la plage sont pour me déplaire…

+++

- Mon deuxième billet: Le Japon, le Groupe parapluie et la lutte contre le Protocole de Kyoto

- Mon troisième billet: Le Dialogue de Carthagène : vers une coalition des bonnes volontés?

- Mon quatrième billet: COP16: Orage à l'horizon

- Mon cinquième billet: Optimisme partagé mais modéré pour semaine 2 de la COP16

- Mon sixième billet: Le Climate Group, qu’ossa donne?

- Mon septième billet: L’état des négociations au crépuscule de la COP16

- Mon huitième billet: Cancun et la rédemption du multilatéralisme