Dans un article publié dans la revue spécialisée Neurosurgery, des chercheurs de l'université Johns Hopkins prétendent que Michel-Ange a dissimulé une parfaite représentation anatomique d'un cerveau humain dans l’une de ses fresques de la Chapelle Sixtine.

Ils l'ont identifiée dans le cou de Dieu dans la fresque intitulée La séparation de la lumière de l'obscurité. Vous pouvez juger vous-même de la validité de l'argument en consultant l'article en question : (Neurosurgery).

Ce que je trouve intéressant dans cette histoire est que déjà en 1990, un autre neurochirurgien avait émis une hypothèse semblable au sujet d’une autre fresque de Michel-Ange, La création d'Adam. Dans un article publié dans le journal de l’American Medical Association (JAMA), Frank Meshberger prétendait que Michel-Ange avait inclus la représentation d'un cerveau dans cette fresque pour signifier que l'intellect était une création de Dieu. Cette interprétation n'a certes pas fait le bonheur d'un certain néphrologue qui avait indiqué pour sa part que si l’on faisait pivoter la représentation du soi-disant cerveau de 90 degrés, il était évident que Michel-Ange avait plutôt souhaité illustrer un rein. Je vous présente ici cette fresque ainsi que les représentations que l’on peut possiblement y déceler d’un cerveau et d’un rein.

- Le site de l' Organisation pour la science et la société de l'Université McGill .