Publicité

Autre action

Blogue

Forks over Knives

Ariel Fenster, le 2 juin 2011, 8h50

Ce documentaire que je viens d’aller voir s’inscrit dans la même veine que Food Inc. Mais alors que ce dernier traite des pratiques de l’industrie agroalimentaire, Forks over Knives se concentre quant à lui sur les effets néfastes d’une alimentation qui découle de recommandations biaisées de l’establishment nutritionnel de Washington (ou d’Ottawa, dans notre cas).

Forks over Knives
Cliquer sur la photo pour agrandir
Forks over Knives

Forks over Knives met en scène les médecins Colin Campbell et Caldwell Essestyn.

Ces deux chercheurs, au profil scientifique irréprochable, sont parvenus de manière indépendante à la conclusion que notre alimentation riche en protéines d’origine animale est la principale cause des problèmes de santé comme le cancer, le diabète et les maladies cardiovasculaires qui affligent notre société.

Contrairement à ce à quoi on pourrait s’attendre, ce documentaire, qui fait la promotion d’un régime alimentaire strictement végétarien, n’est pas une propagande.

Les arguments qui y sont avancés sont soutenus par des études très convaincantes.

Même s’il ne vous incite pas à abandonner le steak (à la transglutaminase?), c’est néanmoins un film à voir, qui a à tout le moins le mérite de susciter la réflexion.

_______________________________________________________________________________________________________

Les Manchettes scientifiques d’Ariel Fenster : :

L’Organisation pour la science et la société de l’Université McGill présente des capsules sur des sujets défrayant l’actualité scientifique. Plus de renseignements sur ces sujets, ou d’autres d’intérêt général, sont disponibles en communiquant avec Ariel Fenster.

Professeur Ariel Fenster
Organisation pour la science et la société de l’Université McGill
514 398-2618
_______________________________________________________________________________________________________

1 commentaire

Portrait de lucas

De plus, l'élevage bovin est une source de pollution significative. En plus, la quantité d'eau et de nourriture données à l'animal n'est pas rentable à comparer à la quantité de nourriture que celui-ci procure par la suite (Je me souviens plus de ratio mais c'étais quelque chose comme: 10 portions investies pour n'en donner qu'une).

Problème de diabète je ne suis pas sûre mais pour le reste oui. Dans le cas du diabète j'aurais plus tendance à pointer du doigt l'aspartame. L'aspartame dit au cerveau de sécréter de l'insuline pour le "sucre" qui s'en vient. Mais l'insuline reste perplexe, alors le pancréas décide d'arrêter puisqu'il travaille pour rien.