Il y a toute une faune dans notre... nombril. Après avoir décodé les gènes de bactéries qui habitent les océans, puis le sol, voici des chercheurs qui regardent, non pas leur nombril, mais celui des autres.

Et il y a du monde là-dedans!

Jusqu’ici, sur 95 personnes qui ont accepté de se faire examiner le nombril, on a recensé 1400 types différents de bactéries!

Dont 662 qui étaient inconnus jusqu’ici.

Pour simplifier la chose toutefois, seulement une quarantaine de ces bactéries pourraient former 80 % des populations d’à peu près tous nos nombrils — mais il faudra attendre d’avoir eu davantage de gens étudiés pour en être sûr.

Le projet Belly Button Biodiversity —littéralement : la biodiversité du nombril — avait commencé comme une blague, reconnaît Jiri Hulcr, de l’Université d’État de Caroline du Nord, mais c’est une recherche qui est d’ores et déjà en train d’apporter une contribution on ne peut plus sérieuse à notre connaissance des microbes.

Vous ne vous regarderez plus jamais le nombril de la même façon...