À peine annoncés, les neutrinos supraluminiques attiraient des critiques des physiciens du monde entier. À la longue, on en viendra à se poser la question: est-ce vraiment intéressant comme nouvelle? Perdons-nous notre temps?

Je vais commencer par vous dire un secret. Je trouve très souvent la science inintéressante. Enfin, pas la science en tant que telle, mais ce qui en est dit dans les médias. Les découvertes scientifiques sont trop facilement mises hors de proportions dans le but d'attirer l'attention médiatique et donc les nouvelles en souffrent. Une fois de temps en temps, il y a du gros, du lourd qui se glisse, mais comment faire pour le séparer du sensationnel?

Je vous donne des exemples récents: les neutrinos qui voyagent plus vite que la vitesse de la lumière et une planète de diamant. Quoi? La planète de diamant ne s'est pas rendue sur le site de l'Agence? Sacrilège!

Eh... non.

Bon, allez, voici un lien en anglais.

En gros, des astrophysiciens australiens ont découvert une planète qui serait faite de diamant. Rien de moins. Sexy, hein?

Voilà, combien êtes-vous à avoir cliqué sur le lien? Il s'agit d'une des nouvelles astronomiques les plus populaires dans le monde ces derniers temps. On voit facilement l'attrait médiatique d'une telle découverte. C'est du diamant! Une planète complète en diamant.

Le problème est qu'elle ne vaut rien du tout. Elle n'est ni intéressante ni spectaculaire d'un point de vue scientifique. Il s'agit, au mieux, d'une extrapolation basée sur des arguments douteux. L'article publié dans Science porte sur autre chose entièrement et ne la mentionne qu'en une seule phrase au dernier paragraphe. D'ailleurs, on connait déjà les étoiles de carbone et les planètes d'eau, de singes, etc. Vous ne le savez peut-être pas, mais la terre est une planète de silice, de verre. Le verre c'est transparent, mais j'ai beau regarder, je ne vois pas de Chinois sous mes pieds.

Bref, cette nouvelle insipide a été accueillie avec un mondial et quasi-unanime WOW (oui oui, avec les majuscules et tout)! D'un autre côté, on a un excès de vitesse par des neutrinos, 60 nanosecondes trop vites. Alors là, j'ai un sourcil qui lève. Deux même. Bien sûr, dans le domaine on accueille la nouvelle avec scepticisme, pour ne pas dire froideur ou hostilité. Le doute faisant partit de notre description de tâche, on parle d'erreurs de mesure (les infâmes erreurs systématiques, les pires qui soient), d'incohérences avec les résultats précédents, d'attente de confirmation par des groupes indépendants, etc. J'ai même entendu cette semaine dans les corridors de l'université: «Professeur Machin, vous qui avez lu cet article, quelle est, selon vous, l'erreur qu'ils ont commise?» Parce qu’erreur, il y a. Bref, puisque personne n'y croit, pourquoi ne leur donne-t-on pas simplement une contravention relativiste avant de passer à la prochaine planète en or massif?

Simplement parce qu'on en parle encore dans les milieux scientifiques. Si même les articles de vulgarisations mentionnent les erreurs possibles, c'est qu'on y pense. Personne n'est prêt à laisser tomber la sacro-sainte vitesse de la lumière, mais le doute y est, pourrait-elle être un imposteur? Il suffit de trouver une seule erreur pour falsifier ces résultats et on la cherche. On cherche, mais on ne trouve pas. Ce n'est pas le cas pour la planète de diamant, le lendemain tout le monde l'avait oubliée... Personne n'a même cherché.

Ceci dit, j'ai moi-même des doutes sur ces mesures. Je parle de la vitesse des neutrinos, on s'entend, parce que la planète de diamant, comme tout le monde, je m'en fous assez pour accepter son existence sans la questionner.