Le niveau des océans montera irrémédiablement durant au moins les 500 prochaines années.

Le site internet EurekAlert! (un site de nouvelles scientifiques opéré par l’ American Association for the Advancement of Science ) a récemment publié le compte rendu d’une étude réalisée grâce à la coopération de plusieurs instituts de recherche et qui démontre que le niveau des océans continuera de monter durant les 500 prochaines années. L'article scientifique a fait l'objet d'une publication dans la revue Global and Planetary Change en septembre 2011.

Comme l’explique Aslak Grinsted de l’ Institut Niels Bohr (Université de Copenhague), les calculs de l’étude sont basés sur quatre scénarios. Ainsi, le scénario le plus pessimiste est basé sur une augmentation continue des émissions de gaz à effet de serre et d’aérosols. Dans ce scénario, le niveau des océans monterait de 1,1 m d’ici 2100 et atteindrait 5,5 m en l’an 2500.

Cependant, EurekAlert! souligne que « même dans le scénario le plus optimiste, qui serait le résultat d’avancées technologiques majeures, d’une forte coopération internationale dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’objectifs ambitieux face aux changements climatiques, le niveau des océans continuerait à monter. En l’an 2100, l’augmentation serait de 60 cm et en 2500 de 1,8 m ».

Enfin, pour les deux scénarios les plus réalistes basés sur une stabilisation des émissions des gaz à effet de serre et de la pollution atmosphérique, les résultats montrent qu’il y aura une augmentation du niveau des océans de 75 cm en 2100 et de 2 m en 2500.

Cette montée des eaux océaniques est surtout le résultat de l’expansion de l’eau (plus l’eau est chaude plus elle prend de l’expansion) mais aussi de la fonte des calottes polaires. L’augmentation continuera même si les humains arrêtaient du jour au lendemain de rejeter des gaz à effet de serre car c’est un processus possédant une forte inertie. En effet, si vous étiez le capitaine d’un paquebot et que vous arrêtiez les moteurs d’un seul coup, le bateau s’arrêterait bien plus tard, à cause de son inertie.