Un rapport réalisé par l’Université des Nations Unies pour l’environnement et la sécurité humaine (UNU-EHS) et l’Alliance Development Works, a défini un indice mondial de risque: le WRI World Risk Index. Cet indice défini le risque comme l’interaction entre un risque naturel et la vulnérabilité humaine d’une communauté donnée: il s’agit donc d’un indice d’exposition humaine aux risques liés aux catastrophes naturelles.

En 2010, selon l’IDMC, le Centre de surveillance des déplacements internes, 42 millions de personnes ont été déplacées en raison des catastrophes naturelles, soit le double par rapport à 2009! La majorité de ces déplacements, causés par les inondations, ont eu lieu en Asie (Inde, Philippines,Bangladesh, Indonésie, Chine et Pakistan). On appelle les personnes déplacées des réfugiés climatiques.

Comment est calculé cet indice? Quels sont les pays les plus à risque? Que sont les réfugiés climatiques?

Les résultats du rapport suggèrent de se concentrer, à l’avenir, davantage sur la réduction des risques que sur l’aide humanitaire après une catastrophe. Le WRI permet d’aider les organisations humanitaires à mieux structurer leurs actions à plus ou moins long terme.

Le WRI représente la somme d’une série de divers facteurs sociaux, politiques, économiques et environnementaux, définis en pourcentage:

1. L’exposition à un risque naturel: Séismes, tempêtes (tempérées et cyclones), inondations, sécheresses et l’augmentation du niveau marin.

2. La prédisposition, la probabilité qu’une société ou qu’un écosystème donné soit endommagé en cas de catastrophe naturelle: conditions économiques, nutritionnelles et logement, infrastructures préexistantes.

3. La capacité à faire face en fonction du type de gouvernance, du niveau de préparation, du degré d’anticipation des systèmes d’alerte, des services médicaux et du niveau de sécurité sociale et matérielle.

4. Stratégies d’adaptation - impliquant les capacités et les stratégies aidant les communautés à faire face aux conséquences négatives probables de catastrophes naturelles et du changement climatique.