Jeudi dernier, la section Astrophysique du département de physique de l’université McGill (et en particulier les étudiants gradués!) organisait une soirée spéciale «Astro» pour les enfants petits et grands. Petit compte-rendu de visite avec le public cible: ma fille de quatre ans et demi!

Au cours de la soirée, nous avons pu participer à 4 ateliers.

Dans le premier, nous nous sommes déguisés en … extra-terrestres! En fonction de leur «casque», les enfants pouvaient voir la vie en bleu, en vert, ou en rouge. Et quand on voit la vie sous différentes couleurs, on ne voit effectivement pas tout de la même façon. Le principe était d’observer différents morceaux de feutrine de couleur, et de remarquer qu’en fonction du filtre, on voyait plus ou moins bien. Ainsi, avec le filtre rouge, on ne voyait que les morceaux «contenant» du rouge. Le morceau de blanc, visible de tous, permet de comprendre que le blanc est la superposition de toutes les couleurs.

Le deuxième atelier visait à estimer les tailles relatives des différentes planètes. L’enfant, sous l’indication d’un intervenant, découpait successivement des morceaux de pâte à modeler de différentes tailles, les roulait en boule, et devait essayer de deviner à quelle taille de planète la boule correspondait. On reconstituait ainsi tout le système solaire, et on terminait par une grande affiche représentant la taille relative du Soleil!

Le clou incontestable de la visite était le troisième atelier: un VRAI télescope dans un VRAI département de physique. Nous sommes allés en petits groupes sous le dôme au sommet du bâtiment Rutherford voir le mystérieux engin, et tous les enfants ont pu, chacun leur tour, observer un peu le ciel. Malheureusement, le ciel était assez nuageux, mais malgré tout, on pouvait notamment deviner Jupiter derrière les nuages! Fascinant!

Enfin, nous avons terminé par un quatrième atelier «collage», où il s’agissait de dessiner et de coller paillettes et formes cosmiques sur une photo d’un vrai fond étoilé multicolore. Ma fille étant trop petite, nous n’avons pas pu participer à tous les ateliers, mais il y avait beaucoup d’autres ateliers qui avaient l’air assez fascinants, comme la fabrication de comète. Ce sera pour la prochaine fois!

Au final une très bonne initiative et ma fille était enchantée. Il y a ce joli mot anglais d’outreach, assez intraduisible en français, mais qui exprime le but de ces soirées: aller «atteindre» le public «à l’extérieur» des labos pour, ici, en l’occurrence, les ramener dans un «vrai» centre de recherche plein de «vrais» chercheurs pour leur montrer la science dans ce qu’elle a de plus vivant et amusant [1]. A l’heure où un bon quart des États-Uniens pensent que le Soleil tourne autour de la Terre, je pense qu’il est important de sensibiliser les enfants particulièrement. Bravo aux étudiants qui ont tout organisé et géré de main de maître!

[1] de façon amusante, les collègues étaient plutôt là pour jouer avec leurs enfants, si bien que les chercheurs «actifs» sur place étaient en grande majorité les étudiants gradués!