Imaginez-vous être en mesure de connaître non seulement le sexe de votre enfant, la couleur de ses yeux, mais aussi de quoi il aura l’air à 30 ans avant même qu’il soit né, le tout à partir d’un simple prélèvement de salive. Ou même que la police soit en mesure de reproduire le visage d’un meurtrier à partir d’un simple cheveu laissé sur la scène du crime. Science fiction? Pour l’instant, oui, mais peut-être pas pour longtemps grâce aux récentes avancées de la génomique.

Des chercheurs en microbiologie et en génomique ont récemment identifié certains gènes responsables de la structure du visage et sont en mesure de produire une ébauche de portrait-robot à l’aide de l’ADN. L’analyse de visages de milliers d’individus a permis de cerner des centaines de points qui le rendent unique. Ces marqueurs ont ensuite été associés à des ensembles de gènes qui auraient une influence sur ceux-ci. Il a été découvert, entre autres, que le gène associé au développement du «bec de lièvre» est un fort prédicateur de la forme de la lèvre chez les femmes chinoises. En multipliant ce genre d’associations, il sera possible éventuellement de reconstruire fidèlement le visage d’un individu à partir de son ADN.

Cela dit, il ne faut pas crier victoire trop rapidement. Ce processus demeure une tâche complexe pour le moment. «Une chose dont nous sommes certains: il n’y a pas un seul gène qui rend votre nez subitement grand ou petit», affirme le biologiste Kun Tang de l’Institut des sciences biologiques de Shanghai. De nombreux gènes seraient responsables de la structure de nos traits du visage et plusieurs facteurs comme le climat et les habitudes de vie influenceraient ceux-ci. Un autre obstacle: une telle analyse demande un échantillon d’ADN fiable, ce qui est loin d’être facile à obtenir dans tous les cas. Toutefois, cette découverte pourrait très bien mener un jour à une technologie qui permettra, entre autres, l’identification d’un criminel à partir d’un simple cheveu laissé sur les lieux du crime.

• Pour en savoir plus, voici un vidéo du site Newsy.com qui traite en détails de la nouvelle.

Lien vers l'article scientifique.