Impressionnant, excitant et plein de nouvelles perspectives. Cela résume mon impression alors que se termine aujourd’hui la conférence de physique des particules de la Société européenne de physique (EPS) à Vienne.

Nous avons été exposés à une quantité impressionnante de nouvelles données. Non seulement les expériences du Grand collisionneur de hadrons (LHC) du CERN ont finalisé la plupart de leurs analyses sur l'ensemble des données recueillies avant l’arrêt début 2013, mais elles ont aussi déjà commencé à analyser les nouvelles données. Ceci confirme que tout, des détecteurs aux logiciels de reconstruction, fonctionne parfaitement après le vaste programme d’améliorations et de réparations.

Tous les outils nécessaires aux analyses de physique - simulations, systèmes d'acquisition de données, trigger, calibrations et algorithmes d'analyse – produisent déjà des résultats de haute qualité avec les données des collisions à une énergie de 13 TeV. Les expériences sont clairement en mesure de reprendre les analyses là où elles les avaient laissées avec les données collectées à 8 TeV. Bien sûr, il n’y a encore aucuns signes de nouveaux phénomènes mais les expériences LHCb, CMS et ATLAS ont toutes de petites anomalies qui devraient être élucidées avec les nouvelles données du LHC.

Durant cette conférence, on a pu apprécié aussi la variété des expériences en place et les nouveaux résultats qui commencent déjà à arriver sur la matière sombre et l'énergie sombre. De nouvelles avenues sont aussi explorées pour élargir les recherches dans l'espoir de découvrir les 95 % du contenu de l'Univers qui manquent toujours à l’appel. Les expériences ont fait des pas de géants et on s'attend à des percées majeures d’ici à peine quelques années. On peut aussi espérer des développements dans le secteur des neutrinos, un domaine de recherche prolifique mais aussi un des plus déconcertants et embrouillants depuis de nombreuses années.

Comme l’a souligné Pierre Binetruy, un théoricien travaillant en cosmologie : « Les découvertes simultanées du boson de Higgs et la confirmation de quelques unes des caractéristiques de l’inflation (la période marquée par une expansion fulgurante juste après le Big Bang) a ouvert une nouvelle ère dans la compréhension commune de la cosmologie et de la physique des particules ». Nous sommes clairement à la veille de percées majeures et de nouvelles découvertes dans plusieurs domaines. La prochaine conférence sera sans aucun doute un événement à ne pas manquer.

Pauline Gagnon

Pour en apprendre davantage sur la physique des particules, consultez mon site web.