Autre action

Blogue

Classe de Claudine Desaulniers

École Notre-Dame-des-Neiges (CD)

Le ciel va-t-il nous tomber sur la tête?, le 23 février 2016, 19h05

Élèves de 3e cycle du primaire
Commission scolaire de Montréal
1, 2, 3
Photos 3D

École Notre-Dame-des-Neiges (CD)
Cliquer sur la photo pour agrandir
École Notre-Dame-des-Neiges (CD)

Un résumé de la première rencontre, pour vous chers lecteurs et lectrices

Nous sommes les élèves de la classe de madame Claudine en 5e année de l’école Notre-Dame-des-Neiges de Montréal. Nous faisons un projet avec monsieur Jean-Pierre Urbain qui se nomme Le ciel va-t-il nous tomber sur la tête? Nous vous proposons un résumé de notre première rencontre.

Tout d’abord, on nous a raconté une légende romaine. Il y a longtemps, les Romains croyaient qu’on était enfermé dans un gros chaudron et que les étoiles étaient suspendues au couvercle. Quand il y avait des étoiles filantes, on pensait que les Dieux ouvraient ce couvercle et que les étoiles tombaient. C’est pour ça qu’on fait des vœux quand on voit des étoiles filantes, car on croit que les Dieux nous entendent mieux.

Qu’est-ce qu’un astéroïde? Un astéroïde est comme une grosse roche qui se promène dans l’espace. Il n’est jamais rond, il a la forme d’une patate ou d’une cacahuète. Il y a un astéroïde dans l’espace qui est aussi gros que Montréal. Plus près de nous, en Ontario, il y a du nickel dans le sol. C’est une matière qui provient de la chute d’un astéroïde. C’est avec le nickel qu’on fabrique les pièces de 5 cents.

Parlons des comètes maintenant. Une comète, c’est un peu comme un astéroïde, mais ce n’est pas la même matière. C’est un fragment de glace et de gaz qui provient du fin fond de la galaxie. Elle tourne autour du soleil et est visible durant plusieurs jours (nuits). La comète a une chevelure : c’est la poussière et de la glace qui fond.

Quand un astéroïde tombe sur la Terre, on l’appelle météorite. Il y a 80 000 ans, une grosse météorite est tombée dans la ville de Hoba en Afrique du Sud. Ils ont laissé la roche à cet endroit et ont construit des sièges pour faire un amphithéâtre. Le 9 octobre 1992 à New York, une météorite est tombée sur une vieille voiture qui valait à peine 100 $ et la propriétaire l’a vendue à un musée pour 10 000 $.

Plus près de nous, au Québec, une météorite est tombée dans un champ et les vaches sont allées vers elle. C’est comme ça qu’on a découvert une roche à cet endroit.

Il y a plusieurs cratères d’impact au Québec. Il y en a un au nord du Québec qui date de 1,4 millions d’années et qui s’appelle le cratère du Nouveau-Québec et il est rempli d’eau. Dans ses eaux vit une seule espèce de poisson qui s’appelle l’omble chevalier. Il n’a donc aucun prédateur.

En conclusion, nous avons bien aimé notre rencontre avec monsieur Urbain et avons hâte d’apprendre d’autres d’informations sur le ciel.

*****

Nous allons vous expliquer ce que nous avons appris pendant la deuxième rencontre

D’abord, pourquoi la voiture ne peut-elle pas aller dans l’espace?
Elle ne peut pas aller dans l’espace parce qu’elle roule juste sur des surfaces planes, si elle
était dans l’espace elle n’avancerait pas. Par contre, ses roues rouleraient, mais elles finiraient
par arrêter.

Est-ce que l’avion peut aller dans l’espace? Non, car pour décoller, l’avion doit sortir ses roues et rouler sur une surface plane. Ensuite, les roues se ferment et l’air pousse en bas des ailes de l’avion. Pour maintenir l’avion en l’air, il faut que de l’air passe en bas de l’avion. Dans l’espace, il n’y a pas d’oxygène donc l’avion ne peut pas rester en l’air.

Alors pourquoi la fusée peut-elle aller dans l’espace? C’est grâce au principe action-réaction. La fusée est divisée en trois sections (parties). Quand la fusée est lancée, la troisième section propulse la fusée dans l’espace et quand elle n’a plus de carburant elle se détache et revient sur la Terre dans l’eau. La deuxième section prend ensuite le relais et ainsi de suite. Une fusée peut être grande comme un bâtiment de 8 étages. Pour aller dans l’espace, on a besoin d’une propulsion exacte pour sortir de l’atmosphère puis un chauffage thermique pour ne pas mourir de froid.

Spoutnik 1 a été le premier satellite lancé dans l’espace par les humains en 1957. Le mot Spoutnik veut dire « compagnon de voyage ». Quand Spoutnik 1 était dans l’espace, nous pouvions entendre
bip bip bip bip bip bip bip bip bip bip bip bip bip bip bip bip bip bip bip bip bip bip bip bip bip bip!
Spoutnik 1 ressemblait à une grosse boule grise avec des longs pics.

Le premier être vivant à être allé dans l’espace est Laika, une chienne. Elle était la meilleure de toutes les chiennes entraînées.

Voilà pour les informations de la deuxième rencontre.

*****

Voici ce que nous avons appris au Planétarium.

En arrivant, nous sommes allés dans une salle où monsieur Jean-Pierre Urbain nous a expliqué tout ce qu’il y a dans l’espace : les météorites, les astéroïdes, les cratères, les comètes et les satellites.

Savais-tu qu’en 2029 il y aurait un astéroïde de 225 mètres qui va frôler la Terre?
Avais-tu déjà entendu parler du plus gros astéroïde : il s’appelle Vesta et il pèse 53 000 kg.

Voici maintenant quelques cratères d’impact. Meteor crater près de Winslow en Arizona. Il a 1,6 km de diamètre et 170 m de profondeur. Il a été créé il y a 50 000 ans. Le cratère de Chicxulub au Mexique a 180 km de diamètre. Il est apparu il y a 66 038 000 ans. Le cratère de Manicouagan sur la Côte-Nord au Québec a 73 m de profondeur. Il a été créé par un astéroïde de 5 km de diamètre.

Dans l’espace, il y a 2460 satellites fonctionnels et il y en a plus de 2000 hors d’usage. On peut remplir un camion de ciment avec des débris spatiaux de la grosseur d’un pamplemousse. On peut remplir une baleine de débris spatiaux de la grosseur d’une bille. Il y a plus de 10 000 « satellites » en morceaux dans l’espace.

Quand on lance une sonde, on ne peut pas la lancer directement sur la planète, car elle se déplace.
Il faut prévoir sa trajectoire. Cela demande des calculs très précis pour y arriver.

Voici quelques constellations qu’on peut observer le soir : comme la Grande Ourse, la Petite Ourse le Dragon et Céphée. La Petite Ourse et la Grande Ourse ressemblent à des casseroles. L’étoile Polaire se trouve au bout de la queue de la Petite Ourse.

Nous avons appris à reconnaître les phases de la Lune. Quand il n’y a pas de Lune dans le ciel, on dit que c’est la nouvelle Lune. Elle est suivie du premier croissant, du premier quartier et de la gobeuse croissante. Ensuite vient la pleine Lune ronde et blanche. Elle est suivie de la gobeuse décroissante, du dernier quartier et du dernier croissant. Le cycle se répète comme cela tous les mois.

Sur la Lune, il y a aussi plusieurs cratères. Pendant des siècles, plusieurs légendes ont été inventées. Nous allons vous en raconter deux.

Il y a la légende de Jean-Claude. Il était une fois un homme qui coupait des arbres chaque jour et il n’allait jamais à l’église. Un jour, un inconnu a cogné à sa porte. Il lui a demandé pourquoi il n’allait jamais à l’église. Jean-Claude a répondu qu’il devait couper du bois. Alors l’inconnu l’a envoyé dans la Lune comme si c’était un lundi éternel.

Maintenant, nous allons vous parler de la légende de Plume d’Aigle. Plume d’Aigle était le seul garçon de son village à avoir des pouvoirs magiques. Un jour, il avait demandé à son père s’il pouvait aller sur la Lune. Son père lui a dit qu’il ne pouvait pas. Le lendemain, le père de Plume d’Aigle s’est réveillé, mais Plume d’Aigle était disparu. Il l’a cherché partout : dans les bois, dans la tente et puis il a levé les yeux au ciel vers la Lune et il a vu la silhouette de Plume d’Aigle. Puisque ses pouvoirs magiques ne fonctionnaient pas sur la Lune, il y est demeuré à jamais.

Merci de nous avoir lus.

*****