Qui n’a jamais eu peur de ces petites créatures mystérieuses, de ces mammifères volants aux dents pointues, connues sous le nom terrifiant de chauves-souris ? Dans les films, on les voit encore comme des animaux maléfiques, qui sucent le sang de leurs victimes. Loin de cet imaginaire d’épouvante, les chauves-souris québécoises sont pourtant en déclin. 

Anaïs Boutin, directrice des programmes de protection et de conservation au parc de la Rivière-des-Mille-Îles, s’attarde sur la source de notre phobie collective : « À l’époque médiévale, les gens pensaient que les clouer sur les portes pouvait éloigner les sorcières ou les vampires ».

Pour changer cette mentalité et sensibiliser la population, l’organisme Éco-Nature propose des conférences sur les chauves-souris, suivies d’une randonnée dans les marécages alentour du Centre communautaire de Rosemère. 

Équipés de lampes de poche et de détecteur d’ultrasons, les citoyens parcourent les bois sur les traces de chauves-souris. En compagnie d’un guide, ils recherchent des indices odorants : les crottes. Elles leur signalent la présence de dortoirs dans le creux de certains arbres. Les aventuriers de la nuit peuvent aussi repérer leurs cris et facilement apprendre à distinguer les huit espèces de chiroptères présentes sur les lieux. 

 

Visite nocturne avec Éco-Nature
Visite nocturne avec Éco-Nature

« Souvent après l’activité, les gens veulent s’impliquer dans la sauvegarde des chauves-souris », raconte Mme Boutin. Au Parc de la Rivière-des-Mille-îles, Éco-Nature, offre de multiples occasions de bénévolat. Mais il existe d’autres manières de ralentir leur déclin : protéger leur habitat, fabriquer des dortoirs, les accueillir chez soi, ou tout simplement parler de ces charmants mangeurs d’insectes à nos voisins.

Les chauves-souris sont en effet de plus en plus rares au Québec. En plus du syndrome du museau blanc, qui les tue en très grand nombre, « les chauves-souris souffrent de la perte de leur habitat naturel, suite à l’abattage de grands arbres », explique Mme Boutin.

Toujours effrayé par les chauves-souris ? Oubliez les films d’horreur et profitez des beaux jours pour vaincre votre peur en vous transformant en scientifique citoyen. Une expérience inoubliable !

- Prisca Ayassamy