Quand ils assistent à leurs congrès ou se rendent sur leur terrain d’expérimentation, les scientifiques doivent passer la sécurité des aéroports. Comme vous et moi, à cette différence près qu’ils ont parfois des choses bizarres dans leurs bagages.

Chronique science du 2 juin sur CIBL.

Quelques milliers de fourmis, une boîte pleine de grenouilles vivantes, un prix Nobel, des colliers émetteurs à installer autour du cou pas si frêle des vaches (une chose qui, parait-il, ressemble à une ceinture d’explosifs) ou des modèles tridimensionnels de pénis de souris et de l’intérieur du vagin de dauphin.

Bref. De multiples occasions d’expliquer leur travail à des personnes dont la principale mission s’avère garder l’œil ouvert sur toute étrangeté, anodine ou non.

Pour écouter la chronique, c'est par ici.