Qu’ont en commun les dinosaures et les pigeons, mis à part leur lointain ancêtre commun ? Le prix Hubert-Reeves, qui récompense les meilleurs livres de vulgarisation scientifique. Rencontre avec deux lauréats lors de l’évènement L’aventure de la littérature scientifique.

Il n’y a rien de mieux, pour commencer un dimanche ensoleillé, que de prendre le petit déjeuner en compagnie de deux auteurs, Elliott Seah et Luc-Alain Giraldeau. À l’occasion de la Semaine de la culture scientifique, l’Association des communicateurs scientifiques organisait une rencontre fort agréable à l’Espace La Fontaine. Une bonne raison de se laisser conter de passionnantes aventures.

Elliot et les dinosaures

Elliott Seah, élève de secondaire 2 au Collège jean-de-Brébeuf, a appris à lire à 3 ans, a commencé à écrire à 8 ans et s’est mérité le prix Hubert-Reeves en 2016 pour son livre Le petit guide des dinosaures.

De quelle couleur étaient les dinosaures ? Marchaient-ils à quatre pattes ? Comment pouvaient-ils courir avec un tel poids ? Que mangeaient-ils ? Comment se défendaient-ils ? Est-ce vrai que les oiseaux sont les descendants des dinosaures ? Dans son livre, Elliott Seah répond à toutes vos questions.

Son dinosaure préféré ? L’Argentinosaurus. Bien que ce soit « le plus grand, le plus lourd et le plus impressionnant », Elliott Seah a choisi de ne pas en parler dans son livre, car on n’en connait pas encore assez sur lui. Pour lui, il est primordial pour un bon vulgarisateur d’avoir suffisamment de connaissances avant de développer un sujet. Quand on lui demande pourquoi il ne parle pas à la première personne dans son livre, il s’amuse à répondre : « C’est normal, je n’étais pas là il y a 135 millions d’années ! ».

Luc-Alain et les pigeons

Luc-Alain Giraldeau est une pointure dans la recherche en écologie comportementale. Dans son livre Dans l’œil du pigeon, qui lui a valu le prix Hubert-Reeves en 2017, il nous fait voir l’étrangeté de ce que nous sommes, nous les humains, à travers l’œil d’un pigeon.

Luc-Alain Giraldeau nous propose alors une réflexion : « mettons-nous à la place d’un pigeon qui nous aperçoit au coin de la rue. Selon vous, que voit-il ? Un primate imberbe habillé avec un nez à la place du bec ? Un bipède comme lui ? » Luc-Alain Giraldeau, dans son livre, veut démontrer que l’étude du comportement animal nous en apprend aussi sur nous-mêmes. Car oui, nous sommes bien des animaux, et ce qui nous relie tous est l’évolution, tout comme elle relie les dinosaures et les pigeons. Bien que l’évolution soit une théorie facile à comprendre, de nombreuses sciences ont encore de la difficulté à l’assumer. Le but de Luc-Alain Giraldeau est finalement de combler ce fossé qui sépare les sciences pures des sciences sociales et humaines en nous transmettant en beauté la vision de ce que nous sommes.

Un café à la main, un croissant chaud dans l’autre, c’est avec fascination que j’ai écouté Elliott Seah et Luc-Alain Giraldeau. Cette rencontre, qui s’est déroulée dans une ambiance familiale et décontractée, nous a permis d’apprécier ces deux auteurs aux regards différents, mais animés par la même passion. Comme quoi, il n’y a pas d’âge pour aimer la science et être vulgarisateur scientifique !

 

- Fanny Rohrbacher