Au sortir d’une vallée, le relief s’accentue doucement, à chaque tournant un peu plus. Laborieusement, avec une extrême prudence, lentement on grimpe, toujours plus haut. Le sentier sinueux nous fait découvrir constamment de nouveaux paysages. Puis on parvient à un sommet. Surprise, tout autour des nuages, une brume nous cache l’horizon. Qu´y a-t-il au-delà ? Nous n’en savons rien.

C’est un peu ce que Hubert Reeves nous propose dans son dernier livre : « Le banc du temps qui passe ». Constamment, il nous maintient dans un fragile équilibre entre ce que l’on sait, de déduction et d’observation, et les lancinantes questions qu’entraînent nos connaissances et nos savoirs. Hubert, avec une extrême délicatesse, nous garde en aplomb au sommet de la crête.

 

Le Banc du temps qui passe
Méditations cosmiques
Hubert Reeves
Seuil, 2017