Croyez-vous que la conservation de la nature soit un concept démodé? Cette question n’est pas posée par des gens insensibles à l’environnement. Au contraire, ce sont des écologistes qui tentent de redéfinir ce que ça veut dire, en 2013.

Il y a 50 ans, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) publiait ce qui, à l’époque, était un outil radicalement nouveau: un recensement scientifique des espèces menacées ou en voie de disparition. On l’appelle la Liste Rouge . L’idée a grandement contribué à sensibiliser le public et les politiciens au risque de voir disparaître tant d’espèces à travers le monde.

Mais sur le plan pratique, c’est un échec: malgré notre prise de conscience, les espèces continuent de disparaître à un rythme alarmant. Il est donc temps de cesser d’imaginer que nous allons «conserver la nature» comme elle était auparavant, écrit en éditorial le New Scientist : nous devons plutôt faire des choix. Ce que cela signifie? Se concentrer sur des écosystèmes à protéger en priorité, au risque de devoir en sacrifier certains que nous n’avons pas les moyens de maintenir tels quels. L’UICN vient à ce sujet d’effectuer un virage, en publiant pour la première fois une Liste rouge des écosystèmes menacés, plutôt que des espèces menacées. Une nouvelle façon de voir la nature?

— Pascal Lapointe