Dans l’État du Washington, un centre d’aide pour adolescents aux prises avec des problèmes d’alcool et de drogues a mis sur pied un programme de zoothérapie.

Il a organisé des rencontres hebdomadaires entre des garçons en thérapie et des chiens provenant d’un refuge pour animaux abandonnés. Les jeunes —dont plusieurs souffrent de problèmes de santé mentale comme la dépression, le trouble du déficit de l’attention ou le syndrome de stress post-traumatique— ont profité de ces séances d’une heure pour brosser les chiens, les nourrir et jouer avec eux.

L’un des effets positifs les plus remarquables de ces rencontres fut l’augmentation du niveau de jovialité des participants, ces derniers se disant «excités», «énergisés» ou «heureux» après avoir interagi avec les animaux.

Plusieurs ont aussi déclaré se sentir plus calmes et sereins. Une des responsables du projet croit que l’humeur des garçons s’est améliorée parce que leur cerveau a sécrété davantage de dopamine avant et pendant les visites canines.

Chose certaine, les garçons n’ont pas été les seuls à bénéficier de l’expérience; les chiens issus du refuge ont pu servir de «thérapeutes à quatre pattes» plutôt que de se voir euthanasier… (Source: Science Daily)

— Marie-Claude Ouellet