«Que veux-tu faire plus tard?», cette question que je redoute. On me la pose pour décider de mon programme au cegep, puis pour l’Université, puis pour ma carrière. On me la pose encore après 8 ans d’études universitaires et je n’ai toujours pas appris à l’aimer. Chanceux sont ceux qui savent sans hésitation y répondre. À l’Université, je pense que j’ai choisi la biologie justement parce que cette discipline touchait à tout : la chimie, les mathématiques, l’être humain, l’éthique et la Nature. Et même si parfois on pense savoir ce qu’on veut faire plus tard, l’expérience peut nous faire changer d’avis. J’ai commencé mon baccalauréat en voulant étudier le cerveau et je l’ai terminé en étudiant les Plantes. Drôle de vie.

« Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns.» Jacques Brel

Perdre pied pour mieux retomber

J’ai 21 ans. Je termine mon baccalauréat en biologie à l’Université Laval. Ma tête me dit de continuer à étudier mais mon cœur a envie de voyager, d’apprendre de nouvelles langues, de découvrir de nouveaux horizons. J’ai envie d’aller découvrir l’Europe mais je n’ai pas envie de prolonger éternellement mes années d’études… Que faire !?

Je regarde les maitrises en Europe et plusieurs m’intéressent. Ah, l’Espagne ! Une nouvelle langue, la méditerranée, la chaleur et l’Europe à portée de main ! Je me décide donc pour une maitrise en écologie à Barcelone. Il me reste à m’inscrire, demander un visa d’études et demander des prêts et bourses. Et je pars !

L’expérience d’une vie

J’ai 24 ans. Un voyage qui devait durer un an, pour une maitrise, est devenu un voyage de 3 ans pour deux maitrises (écologie puis statistiques). Une expérience inouïe. Deux nouvelles langues parlées et écrites ajoutées à mon curriculum. De nombreux défis surmontés, l’insécurité du départ qui me fait grandir et mieux me connaitre. Une quantité incroyable de nouvelles expériences. Plusieurs contacts internationaux qui m’ouvrent de nombreuses portes.

Cette expérience d’études internationales a ajouté énormément à mon bagage personnel et professionnel. De nos jours, les opportunités d’études à l’étranger sont accessibles à plusieurs niveaux : au secondaire, au cégep, au baccalauréat et après. Si l’envie vous démange de partir en voyage, de découvrir de nouveaux pays et de nouvelles cultures, je vous conseille de joindre l’utile à l’agréable.

Que ce soit pour du bénévolat, pour une session de cegep ou d’université, ou pour le travail, repoussez les limites de votre quotidien et partez à la découverte du monde!