Je trouble un peu les cartes ici, avant même d'avoir vraiment défini la linguistique dans un billet entier (je tiens à cela et j'y reviendrai!). L'occasion me semble bonne de vous donner un exemple pratique de ma sympathique obsession alors que l'hiver nous quitte doucement. Ce billet concerne le vocabulaire et plus spécifiquement sa variation, tout ça à partir d'un sujet en apparence banal... Attention: ce billet n'a pas la prétention de présenter le résultat d'une enquête scientifique, mais il cherche à donner un exemple de phénomène linguistique de la vie de tous les jours.

Les synonymes et leurs connotations

Beaucoup de choses ont des noms qui leur sont spécifiques (et bien d'autres aussi n'en ont pas): de celles-là, plusieurs peuvent être désignées de différentes façons qui peuvent varier librement ou qui peuvent dépendre de la géographie (pensez à la tourtière de la plupart des régions du Québec, que l'on appelle pâté à la viande au Saguenay-Lac-St-Jean pour ne pas la confondre avec la tourtière bien de chez nous, plat différent!) ou du registre, par exemple, mais aussi de bien d'autres facteurs.

Un problème concret

Par une belle journée de décembre, une condisciple entre dans une pièce en s'exclamant:

« Excusez mon retard, mon char était pogné dans le hourlet de neige! »

Je fronce les sourcils. Jamais auparavant dans ma vie je n'ai entendu parler d'un hourlet (l'orthographe avec un 'h', au passage, est voulue!). Je clarifie avec mon amie: elle a bien dit ce mot. Par déduction, je suppose qu'il s'agit de ce que j'ai toujours appelé un relai de gratte. Et la discussion s'enflamme... (c'est l'effet que fait la linguistique chez nous!).

Si vous n'avez aucune idée de quoi il s'agit, voici une tentative d'expliquer le "phénomène" au coeur de cet article: en fait, on fait référence à la bande de neige un peu en relief par rapport à la rue laissée derrière un stationnement résidentiel (ou à la limite à une intersection) par une déneigeuse après une bordée de neige. Peut-être n'avez-vous pas de mot spécifique pour désigner cette réalité: or, au Saguenay, il apparaît que nous avons plusieurs moyens de nous y référer. Si ce n'est toujours pas clair pour vous et que vous êtes aventureux, vous pouvez jeter un oeil à la 2e photo de cet article en cliquant sur les graphiques ci-haut: vous verrez alors un magnifique schéma que j'ai dessiné pour illustrer le concept.

Sur les traces de la variation

Interloqués, nous décidons de lancer un petit sondage pour voir laquelle des deux variantes postulées, hourlet ou relai, est la plus usitée dans notre entourage. Plus de 140 participants nous font le bonheur de répondre à nos questions (ô combien insuffisantes, néanmoins) sur le vocabulaire du déneigement (eh oui!). Je me concentre sur les résultats pour cette fameuse ligne de neige... Les graphiques ci-haut résument nos "données" préliminaires (hautement imparfaites, je le rappelle).

Globalement (après exclusion des bancs de neige, tas et buttes des réponses, puisque nous considérions que cela ne pouvait pas faire référence au concept que nous évoquions), en confondant les régions, on obtient : hourlet (42%), relai (19%), remblai (30%) et autre (9%). Les autres réponses sont : bordage, erlait, bump, rebord, trace, traînée. Quatre participants ont indiqué qu’ils n’avaient aucun mot pour désigner la chose...

Résultats

Au Lac-St-Jean (51 participants) :

  • hourlet (53%)
  • relai (27%)
  • remblai (16%)
  • autre (4%)

Au Saguenay (48 participants) :

  • hourlet (40%)
  • relai (21%)
  • remblai (33%)
  • autre (6%)

Ailleurs (30 participants) :

  • hourlet (27%)
  • relai (3%, un seul participant)
  • remblai (50%)
  • autre (20%)

Trois des quatre participants qui n’ont pas de mot pour le concept sont nés ailleurs qu’au Saguenay-Lac-St-Jean.

Que peut-on en dire?

Il semble vraiment que relai soit une variante régionale peu connue à l’extérieur de la région du Saguenay-Lac-St-Jean. On peut constater aussi que hourlet est plus répandu en région qu’ailleurs. On a aussi vu surgir erlait dans nos données, de même que rlais (transcriptions de mots que les répondants n’ont sans doute jamais vu à l'écrit auparavant). Une brève recherche sur Internet montre que hourlet de neige est employé dans plusieurs pages Web d’ici et d’ailleurs au Québec (la variante sans 'h', mais c'est pour un autre billet...), alors que relai ne figure que dans 3 occurrences possiblement saguenéennes. Finalement, tous ceux qui disent relai disent aussi gratte, ce qui est logique puisque l'expression consacrée est relai de gratte.

Le sondage a toutefois de nombreuses limites, notamment dans les variables considérées (on aurait dû mieux poser la question de l’origine géographique) et dans les réponses proposées (j'ai déjà dit que j'y reviendrais, mais ce sondage nous a amenés à nous poser bien d'autres questions et à découvrir d'autres phénomènes par rapport à ces mots... et même d'autres mots!).

Comme de quoi, il y a de la linguistique à faire avec toute chose, même celles qui nous semblent les plus banales! Le sujet continue de me hanter. Mais je vous ai déjà parlé des effets de ma maladie linguistique dans mon premier article...

Et vous, comment appelez-vous cette ligne de neige laissée par la déneigeuse derrière votre entrée (et qui empêche souvent votre auto de reculer)?

(Merci à Émilie Fillion, Emilie Lefebvre, Alice Tremblay et Michèle Bouchard pour leur aide sur cette question!)