L’école ! Le collège, le lycée, la fac… c’est passionnant non ? Pas les devoirs, les interros et les exercices, non, juste le plaisir d’apprendre. Il y a ces professeurs qui ont gardé leur âme d’enfant, leur passion. Leurs yeux pétillent quand ils parlent des sujets qui les font vibrer et auxquels ils consacrent une partie de leur vie.

J’ai toujours aimé ces personnages hauts en couleurs qui vous emmènent dans des aventures historiques, littéraires et scientifiques. Près de deux décennies plus tard, la soif d’apprendre est toujours là, plus forte que jamais.

Mais comment concilier l’envie d’apprendre avec celle de partager ? Sans perdre de vue mes centres d’intérêt et tout en remplissant mon assiette, s’il vous plait. La technique de l’essai erreur n’est pas la plus rapide, mais elle se révèle souvent efficace. J’ai donc essayé quelques costumes : médecin, chercheur, enseignant…

Finalement, c’est en arrêtant de chercher que j’ai trouvé, plus ou moins. J’aime les sciences, j’aime apprendre, j’aime écrire et rencontrer des gens. Doucement, l’idée du journalisme s’est matérialisée. Après quelques recherches, j’avais dressé une liste des formations en journalisme scientifique en France. Avec l’envie de découvrir de nouveaux paysages, et suite à la rencontre avec les responsables du master, j’ai choisi celle de Strasbourg. Et très vite, ce furent les premiers écrits journalistiques : brèves, filets, reportages…

Le journalisme offre des opportunités uniques : explorer le passé, questionner le présent et anticiper l’avenir. Je me couche chaque soir avec la certitude d’avoir appris quelque chose de nouveau, de banal ou exceptionnel, et, le plus souvent, je dors bien.